Aller au contenu principal
Font Size

Euralis Volailles s’appuie sur la diversité des labels

Présent sur sept départements et spécialisé en volailles labellisées, le groupement de producteurs cultive sa différence en toute indépendance.

François Lacôme, président d’Euralis Volailles. 
« Nous devons conserver notre indépendance, 
qui garantit 
à nos adhérents 
la pérennité 
de leur activité. »
François Lacôme, président d’Euralis Volailles.
« Nous devons conserver notre indépendance,
qui garantit
à nos adhérents
la pérennité
de leur activité. »
© P. Le Douarin

Les 240 éleveurs de volailles label d’Euralis Volailles produisent annuellement six millions de têtes en bâtiments de 400 mètres carrés ou en cabanes. Ils se situent principalement dans les Pyrénées (64 et 65), les Landes et le Gers. Ils sont moins sont nombreux à l’Est de ce secteur (Haute-Garonne, Lot-et-Garonne, Tarn). « Historiquement, à partir de productions diffuses, hétérogènes et aux méthodes différentes, nous sommes parvenus à nous organiser et à donner de la cohérence à l’ensemble », explique François Lacôme, président du groupement et éleveur dans le Gers. Pour optimiser la logistique, les abattoirs destinataires (Ronsard, FSO, LDC) diffèrent selon l’implantation des adhérents, ainsi que la production réalisée sous différents cahiers des charges label. « Nous sommes multilabels, ce qui n’exclue pas la performance et la technicité. » Autre particularité, « nous avons souhaité garantir nos fournitures d’aliment avec une volonté d’indépendance et de qualité. L’association du privé Sanders et du coopératif Euralis assure aux éleveurs une prestation performante et fiable. »


Devenir des professionnels performants


Afin d’améliorer les performances, les bâtiments neufs intègrent de nouvelles conceptions techniques. Euralis a instauré un contrat qualité allant jusqu’à 54 €/t de vif. La prime dépend d’informations fournies sur le nombre de volailles, leur poids, sur le respect du PSE. François Lacôme veut inciter ses adhérents à devenir des spécialistes et faire en sorte que « complément de revenu ne rime pas avec activité secondaire, donc moins de suivi ». Le brassage des générations fait progresser le groupe. « Nous devons améliorer la formation des adhérents. C’est à ce prix que nous récupérerons de la marge. Celle qui est perdue par la routine et des méthodes dépassées, et celle due aux manques de communication à tout niveau. »


Préserver la diversité et les spécificités du Sud-Ouest


Euralis met en avant sa polyvalence et ses capacités à s’adapter et à proposer une offre multiple. « Les nouveaux bâtiments sont adaptés aux différents cahiers des charges. Ils évitent de nous renfermer sur une seule production. C’est un atout dans les conditions actuelles du marché », précise le responsable professionnel. « La diversité de productions spécifiques au Sud-Ouest est primordiale. Nous nous gardons bien d’entrer dans une logique de concurrence entre des marques opposant les bassins de Nord et du Sud de la France. » En tablant sur une augmentation régulière des volumes de 3 % l’an, Euralis Volailles compte bien rester un acteur majeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)