Aller au contenu principal

En nutrition-santé, Dietaxion préserve la valeur à quatre niveaux dans les exploitations

À l’occasion de l’ouverture de sa nouvelle usine de produits de biocontrôle pour litières, Dietaxion a présenté son approche circulaire qui vise à préserver la valeur dans les exploitations de polyculture-élevage.

Xavier Roulleau (à droite), directeur de Dietaxion, et Xavier Bonnet, responsable de production. « Greenaxion permettra plus de souplesse et s’inscrit dans une logique d’économie circulaire, en lien avec nos partenaires locaux. »  © V. Bargain
Xavier Roulleau (à droite), directeur de Dietaxion, et Xavier Bonnet, responsable de production. « Greenaxion permettra plus de souplesse et s’inscrit dans une logique d’économie circulaire, en lien avec nos partenaires locaux. »
© V. Bargain

Spécialiste de la production de noyaux bactériens avec son laboratoire Cobiotex et de produits de biocontrôle à base de bactéries, Dietaxion développe une approche transversale pour préserver la valeur agricole sur les exploitations agricoles à vocation mixte.

1-Le premier maillon est nutritionnel, avec la fourniture d’ingrédients pour les animaux, comme le pidolate de calcium qui favorise l’absorption du calcium et du phosphore et améliore le dépôt osseux, ou le butyrate de sodium qui améliore la santé digestive. « Ces ingrédients permettent de mieux valoriser les aliments et d’améliorer la production en limitant le recours aux intrants, ce qui permet de préserver la valeur », souligne Luc Santune, ingénieur technico-commercial à Dietaxion.

2-Le second maillon est sanitaire. Dietaxion propose d’appliquer des bactéries positives pour les litières. Sous forme de poudre épandue sur la litière ou en application dans tout le bâtiment, ces bactéries inhibent le développement des pathogènes (salmonelles, colibacilles, streptocoques…). Elles entraînent une litière plus sèche, moins de dégagements d’ammoniac, donc moins de problèmes respiratoires. « Les gains de performance et les économies en frais vétérinaires et en paille préservent là aussi la valeur pour l’éleveur. »

3-Le troisième maillon, ce sont les effluents. « En limitant les rejets d’ammoniac, les bactéries permettent de conserver l’azote organique dans le lisier et le fumier qui est aussi plus décomposé. La valeur agronomique des effluents augmente. »


4-Et donc les cultures en bénéficient. C’est le quatrième maillon. « On instaure une économie circulaire. »

Le nouvel outil Greenaxion créé par Dietaxion au Landreau (44) servira à la mise des noyaux bactériens sur support pondéreux, auparavant sous-traitée. Dans un premier temps, il produira 1 000 tonnes de produits finis destinés à 40 % aux volailles et 50 % aux bovins.

Les plus lus

Passé du lait à la volaille, Emmanuel Rochelle n'envisageait pas de faire le saut vers une production de poulet conventionnel.
"Je suis passé du lait à la volaille, avec mon poulailler statique équipé d'un jardin d'hiver"

Après avoir hésité entre la pondeuse plein air et la volaille Label rouge, Emmanuel Rochelle a finalement choisi un poulailler…

Baptiste Combréas (Ets Braud) avec Yannick Lardeux (Gaec de l'Erdre) en Loire-Atlantique.
Volailles différenciées : Le jardin d’hiver prend racine dans le groupe Michel

Lancé voici cinq années par le groupe de nutrition animale Michel, le poulailler Terre-Neuve d’élevage de poulet et dinde avec…

Volailles label rouge : Comment mieux occuper les bâtiments

Lorsque l’offre de poulets label rouge ne peut être résorbée par un accroissement de la demande ou par un élargissement du…

Pascal Laurent accompagné de son technicien Guillaume Gannat (à gauche) : « Poser le diagnostic et trouver l’agent responsable a été un premier soulagement. Je ...
« Le virus variant Gumboro a été vraiment insidieux sur mes poulets lourds »

Chez Pascal Laurent, un virus réassortant de la maladie de Gumboro, responsable d’immunodépression sur ses poulets lourds…

Poulets label à cou nu élevés en liberté dans la forêt landaise.
Volailles label rouge : la filière sud-ouest traumatisée par l’influenza aviaire

Chamboulée par l’influenza aviaire depuis 2016, la filière Label rouge de Maïsadour reprend espoir, mais avec un éventail…

Yannick Lardeux est un adepte de la ventilation dynamique.
"Mon élevage s'est renforcé avec un poulailler dynamique à jardin d'hiver"

 

Aux Vallons-de-L’Erdre en Loire-Atlantique, le Gaec de l’Erdre compte trois associés, Yannick et Michel Lardeux,…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)