Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ventilation dynamique
« On a détecté une perte de débit des ventilateurs"

Une sous-ventilation couplée à un décalage des sondes de températures étaient à l’origine d’une ambiance humide lors du démarrage des dindonneaux de Stéphane Le Garff.

Le diagnostic réalisé par Félix Mahé du GDS 22 a montré une perte de débit des ventilateurs et un léger déréglage des sondes de température.
Le diagnostic réalisé par Félix Mahé du GDS 22 a montré une perte de débit des ventilateurs et un léger déréglage des sondes de température.
© A. Puybasset

Stéphane Le Garff, installé à Boqueho dans les Côtes-d’Armor, élève des dindes dans deux poulaillers en ventilation dynamique à extraction haute, dont le plus grand — de 1200 m2 — sert de poussinière.Depuis quelques temps, l’éleveur y a relevé des problèmes de ventilation au moment du démarrage, puis lorsque les besoins en ventilation augmentent, vers 3 à 4 semaines : une litière difficile à maîtriser malgré l’épaisse couche de paille et de copeaux (12 cm), un air chargé en humidité et en ammoniac. Ce constat est plus flagrant dans la seconde partie du bâtiment. L’éleveur a fait appel à Félix Mahé du GDS 22 pour un diagnostic de la ventilation et pour l’aider à déceler d’éventuels défauts. Il a été réalisé en phase de démarrage, à cinq jours d’âge des dindonneaux. Le bâtiment a été équipé il y a deux ans de trappes discontinues (Kan’air de Tuffigo) et le recours à un fumigène a rapidement montré que le circuit d’air était correct. La vitesse d’air mesurée au niveau des animaux est normale et se situe autour de 0,1 m/s. Un problème d’étanchéité a pu être décelé au niveau du joint des caissons de ventilation (vitesse d’air de 0,3 m/s). « Il n’a pas de conséquence néfaste sur les animaux puisque cet air froid va progressivement se réchauffer avant d’arriver au sol, remarque Félix Mahé. Par contre, il peut avoir un impact sur la consommation de gaz. »

PERTE DE 10 % DE DÉBIT

Les vitesses d’air ont été mesurées sur deux ventilateurs de diamètre 630 mm, reliés au doseur cyclique. Le débit d’air réel est de 7 500 m3/h pour le ventilateur du groupe 1 et de 8 000 m3/h pour celui du groupe 2 alors qu’il devrait être similaire au débit théorique de 9000 m3/h à une dépression de 30 Pa programmé sur le boîtier (12000 m3/h à 0 Pa). « Il y a donc une perte de débit de l’ordre de 10 %. Les ventilateurs ont une capacité d’extraction inférieure à ce que l’on pense. » Les valeurs enregistrées dans le boîtier doivent être diminuées d’autant. Par ailleurs, le contrôle des quatre sondes de température a montré une différence de +0,5 °C et – O,3 °C dans la première zone et de +1,2 °C et +1,3 °C dans la seconde zone soit un écart moyen de 1,25 °C sur cette dernière. « La sonde indique une température supérieure à la température réelle. Cela signifie que le chauffage se déclenche moins vite et qu’à l’inverse les ventilateurs fonctionnent plus tôt que nécessaire. » À lui seul, l’impact d’un décalage des sondes de température de l’ordre de 1 °C reste limité. Cumulé à une sous-ventilation (perte de débit des ventilateurs), il peut expliquer les problèmes de ventilation observés par l’éleveur. Notamment dans la seconde zone du bâtiment, où le taux d’humidité est plus élevé de 4 %. Au-delà des différents points de contrôles de la ventilation, c’est aussi l’isolation globale du bâtiment qu’il faut vérifier. Dans le poulailler de Stéphane Le Garff, le sol argileux et un drainage insuffisant pourraient expliquer une remontée d’humidité par capillarité. Le creusement de fossés d’au moins 80 cm de profondeur (par rapport au niveau du bâtiment) de chaque côté du bâtiment pour l’évacuation des eaux pluviales aiderait à y pallier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
Le lobby de la viande cellulaire en embuscade
Pendant que les animalistes préparent l’opinion à ne plus manger de viande, des financiers investissent dans des produits de…
Vignette
Le robot Octopus bientôt en vente

Le robot scarificateur Octopus sera lancé en France avant la fin de l’année assure…

Vignette
Un nouveau bâtiment de ponte pour le couvoir d’Avril
La famille Thomasset agrandit son élevage de Muel pour produire des œufs à couver de poulets de chair destinés à alimenter le…
Vignette
Combiner des aliments pour une nutrition plus efficace

L’Itavi développe des outils de formulation en partenariat avec l’Inra pour mettre en œuvre une…

Vignette
Face à l’agribashing, les interprofessions avicoles veulent être plus proactives
Face à la montée en puissance des vidéos chocs, les interprofessions de la volaille de chair et de l’œuf ont décidé d’être…
Vignette
Dozer, un porte-outils allemand brasseur de litière

Spécialement conçu pour les poulaillers, Dozer est un minitracteur à six roues motrices…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)