Aller au contenu principal

Des virus variants de Gumboro toujours présents

Les virus variants de la maladie de Gumboro continuent de circuler en France. C’est ce que montre une récente enquête réalisée par le laboratoire Zoetis dans des élevages de poulets de chair français.

Identifié pour la première fois en France en 2006 (étude de Jackwood réalisée en Europe), le virus baptisé « variant français » diffère des virus classiques et hypervirulents de Gumboro par son expression clinique. « Les souches variantes ont surtout un effet immunodépresseur entraînant un retard de croissance et une hétérogénéité », a expliqué Nathalie Galliard, vétérinaire de Zoetis lors de la journée technique organisée par l'Association des techniciens avicoles de Ploufragan. De ce fait, ils peuvent parfois passer inaperçus. Jusqu’à présent, ces variants étaient peu surveillés car les méthodes d’analyses étaient coûteuses et longues. C’est pourquoi le laboratoire Zoetis situé à Torcé (35) a développé en 2016 une technique d’analyse PCR spécifique. L’enquête, réalisée entre juillet et décembre 2018, a ciblé des élevages de poulets, vaccinés ou non, présentant des signes de « décrochage » (baisse de croissance), des boiteries mais pas de symptômes classiques de Gumboro. « Sur les 206 bâtiments prélevés, nous avons retrouvé 8 souches hypervirulentes, soit un niveau constant par rapport à la précédente enquête de 2017." Par contre, neuf souches de virus variants ont également été détectées, essentiellement en Bretagne et en Pays de la Loire. « Cela laisse supposer que les souches variantes sont sous diagnostiquées et qu’il serait nécessaire de mieux les surveiller, en particulier dans les élevages montrant une baisse de performance inexpliquée. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Les haies chauffent les poulets bio au Gaec Beaulieu
Les haies chauffent les poulets bio au Gaec Beaulieu
Le Gaec Beaulieu s’est converti à l’agriculture bio, à l’occasion de l’installation de Florian Chaignon. Pour plus de cohérence,…
Alain Debare : «En hiver, les canards logés en intérieur sont en meilleure santé qu’à l’extérieur »
Mise à l’abri des canards : « La clé, c’est un paillage régulier et conséquent »
Pour la quatrième année consécutive, Alain Debare élèvera ses lots d’hiver de canards prêts à engraisser en bâtiment fermé.
Le résultat d’un incendie criminel dans l’Orne en septembre 2019.
Comment répondre positivement aux attaques anti-élevages
Face aux attaques sur l’élevage, garder une communication positive est essentiel, comme l’a montré le grand débat organisé au…
L'Itavi recommande le port d'un masque lors de taches en ambiance poussiéreuse (ici en volière de ponte), du fait de la présence de particules fines qui accroissent les risques.
Santé des éleveurs de volailles : prendre aussi en compte la taille des poussières
Les plus dangereuses, les poussières fines émises en élevage de poulet ne représentent que 5 % de la masse de particules, mais…
Sécurisation contre la grippe aviaire : l’accord de la filière à foie gras a été validé
Ce 9 novembre, l’accord interprofessionnel du Cifog sur la sécurisation de la filière à foie gras vis-à-vis du risque sanitaire…
Réglementation influenza : les conditions de mises à l’abri sont précisées
La direction générale de l’Alimentation (DGAL) vient de diffuser une instruction technique indiquant ce qu’elle entend par « …
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)