Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Nan-Dirk Mulder, analyste protéines animales chez Rabobank
« Des perspectives de croissance dans un contexte chahuté »

L’expert en viande de la banque d’affaires néerlandaise Rabobank a fait part de son analyse sur le commerce mondial, l’Europe et la France lors de la réunion annuelle des interprofessions sectorielles, le 19 avril dernier.

Quels sont les aléas qui viennent chahuter le commerce mondial ?

Nan-Dirk Mulder : Alors que la situation macroéconomique internationale avait retrouvé une certaine stabilité après une décennie perturbée par la montée en charge des agrocarburants (concurrence sur les matières végétales), plusieurs faits viennent bousculer le commerce mondial. Répondant au protectionnisme de Donald Trump, la Chine menace de surtaxer le soja américain de 25 %. Celui-ci pèse 47 % des achats de la Chine qui achète 62 % du soja mondial échangé. Cela pourrait impacter les coûts de production (baisse aux USA et en Europe, hausse au Brésil et en Asie) et donc les circuits commerciaux. S’ajoute la perte de confiance vis-à-vis du Brésil : interdiction sanitaire européenne sur vingt abattoirs et menace saoudienne concernant la mise à mort halal. À plus long terme, la demande en viande de volaille va s’accentuer (+45 % en 20 ans) à 90 % dans les pays émergents (Asie et Afrique). Mais ces régions doivent moderniser leur industrie et trouver suffisamment de ressources végétales. Il y aura donc des opportunités d’exportation pour les producteurs européens.

La situation paraît contrastée en Europe...

N.-D. M. : Dans un marché européen des viandes stable voire atone, seule la volaille s’en sort bien en dépit d’un ralentissement attendu. Je table sur 1 % de croissance jusqu’à 2020. La croissance sera conduite en Europe du Nord, mais surtout à l’Est par la Pologne (+3,5 % attendus jusqu’en 2025). L’autre fait marquant est la multiplication des « concepts » de poulet créant une différenciation, sous l’influence de l’industrie (bio, label rouge certifié), des ONG welfaristes (RPSCA en Angleterre), de la distribution (Initiative Tierwohl en Allemagne) ou des consommateurs (Beter Leven aux Pays-Bas). D’autre part, l’Europe de l’Ouest est dans une logique de « moins de volume et plus de valeur » alors que celle de l’Est reste dans une démarche « plus de volume à bas coût de production ». Je m'attends à son hégémonie sur les produits élaborés. L’Europe de l’Est, Ukraine comprise, peut prendre la place du Brésil (-21 % en 2017), qui plus est avec de la viande fraîche. Enfin, le Brexit va perturber les marchés. Le Royaume-Uni importe 720 000 tonnes (dont 31 % de pays tiers) et exporte 320 000 tonnes (22 % vers pays tiers). En résumé, l’industrie européenne à quatre sujets de préoccupations : l’Europe de l’Est, les attentes sociétales, le Brexit et le Brésil.

Quels sont les moyens pour capter de la valeur en France ?

N.-D. M. : Avec +2 % de consommation, la France connaît une bonne dynamique, mais celle-ci est essentiellement alimentée par des importations, notamment de la Pologne depuis 2010. C’est un paradoxe, car la France a un des plus bas coûts de l’aliment (30,10 euros/quintal contre 32,60 en On peut énoncer six moyens pour que la France regagne sa place : investir pour réduire les coûts et repenser le modèle d’approvisionnement ; disposer un champion de taille européenne, implanté dans plusieurs pays, qui pèserait face à l’anglais 2 Sisters, au néerlandais Plukon ou à l’allemand PHW ; capter des marchés européens en croissance, en investissant à l’Est, particulièrement en Pologne, en Hongrie et en Roumanie ; augmenter la valeur ajoutée des produits par plus d’élaboration et par le marketing ; accentuer l’avance prise sur les poulets différenciés qui occupent le quart du marché français mais seulement 7 % en Europe (dans l’UE, leur part devrait doubler assez rapidement) ; investir hors d’Europe pour capter la croissance de marchés émergents.

« Davantage de valeur ajoutée à l’Ouest de l’Europe, davantage de volume à l’Est »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
La coopérative des volailles de Loué réagit à la baisse des ventes de poulet entier label rouge
Surpris par le recul du poulet entier et la stagnation de l’œuf sous labels rouges, le leader national prépare une nouvelle…
Vignette
La course au sexage des embryons de poule
Parmi les nombreuses start-up qui travaillent sur l’ovosexage, la société allemande Seleggt semble avoir pris un temps d’avance,…
Vignette
La volaille est le dindon de la farce de l’accord entre l’Union européenne et le Mercosur
Signé le 28 juin, l’accord commercial bilatéral entre l’Union européenne et le Mercosur pénalise fortement le secteur agricole…
Vignette
Des bâtiments avec davantage d’espace et de lumière pour les dindons
Avec le soutien de sa coopérative Le Gouessant, Jérémy Fillon élève ses dindons en densité réduite dans deux bâtiments en lumière…
Vignette
Le groupe coopératif Terrena investit dans ses filières de volailles différenciées et les PAI
La page Doux est tournée chez Terrena. Le groupe investit désormais dans les filières différenciées, notamment avec un nouvel…
Vignette
LDC en pole position européenne
Avec ses acquisitions, le groupe LDC accroît ses performances et se positionne en leader européen, mais il stagne dans les GMS en…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)