Aller au contenu principal

Des échangeurs plus faciles à nettoyer

Les modifications apportées par les fabricants d’échangeurs de chaleur rendent leur nettoyage plus aisé, même s’il reste parfois long. Les grands caissons ont des besoins d’entretien très réduits.

Un échangeur encrassé perd en efficacité (jusqu’à deux fois moins de débit) et devient une source potentielle de contamination du bâtiment.
Un échangeur encrassé perd en efficacité (jusqu’à deux fois moins de débit) et devient une source potentielle de contamination du bâtiment.
© A. Puybasset

En quelques années, plus d’un quart des bâtiments de chair ont été équipés d’un échangeur-récupérateur de chaleur. Une enquête réalisée en 2012 par l’Itavi et les chambres d’agriculture a confirmé leur rôle premier sur l’économie de gaz, de l’ordre de 30 %. Les éleveurs ont également plébiscité la baisse du taux d’hygrométrie et la meilleure maîtrise de l’ambiance.
En revanche, ils ont pointé du doigt les difficultés d’entretien, du fait d’une mauvaise accessibilité et du temps à consacrer au nettoyage. Il était en moyenne de 1 h 15 par appareil. L’enquête révélait que plus de la moitié des éleveurs ne désinfectaient pas les blocs au niveau des entrées d’air neuf, considérées à tort comme non contaminées. Un échangeur encrassé perd en efficacité (jusqu’à deux fois moins de débit) et devient une source potentielle de contamination du bâtiment.
C’est dans ce contexte qu’a été mise en place l’étude Clean-RC dont l’objectif était d’évaluer la contamination des appareils et de proposer un protocole de décontamination. L’étude récemment publiée indique que, dans l’ensemble, « il est possible de décontaminer les appareils de façon satisfaisante à condition de respecter le protocole défini ». Efficace, ce dernier reste néanmoins fastidieux puisqu’il nécessite une heure par appareil. Cela reste contraignant notamment pour les bâtiments équipés de plusieurs appareils. D’autant plus qu’à l’heure où les élevages s’agrandissent et se spécialisent, les éleveurs cherchent à rationaliser leur travail et à gagner du temps.

Efficacité thermique et facilité d’entretien sont parfois antagonistes

Depuis les premiers modèles, des améliorations ont été apportées pour faciliter leur entretien : meilleure accessibilité avec des matériaux plus faciles à nettoyer, mise au point d’outils de lavage, dépoussiérage ou nettoyage automatiques. Les équipementiers et les utilisateurs interrogés en témoignent. Malgré tout, il reste encore des efforts à faire.
Stimulée par les aides du Plan de performance énergétique, l’offre d’échangeurs s’est étendue en à peine cinq ans, d’abord avec des « petits échangeurs » à plaques (Systel, Lead Le Roy) puis à tubes (Elva, Tuffigo-Rapidex, Orela) et avec des plus grands caissons (Agro-Supply, Plettenburg, Big Dutchman, Pal et Systel). L’éleveur n’a plus que l’embarras du choix, en fonction de ses objectifs d’efficacité thermique, des besoins de main-d’œuvre et… de son portefeuille.
Très peu exigeants en entretien avec leurs systèmes de pré-filtration ou de nettoyage automatique, les grands caissons d’échanges sont très séduisants, mais leur coût est toutefois élevé (jusqu’à 40 000 euros). La question de leur retour sur investissement se pose lorsque l’on considère la seule économie de gaz, et en particulier dans les bâtiments neufs de dernière génération dotés d’une isolation renforcée. Il est toutefois réduit par l’amélioration de l’ambiance et le gain de temps, plus complexes à chiffrer.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
Les Marchés
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Jérémy Choquet (à droite) et Xavier Moine, de Tuffigo-Rapidex : "Plus accessible, ce boîtier incite à aller plus loin dans l’optimisation des réglages. » © A. Puybasset
Une régulation de poulailler conçue « pour et avec » les éleveurs
L’équipementier Tuffigo-Rapidex innove avec l’ordinateur de régulation Serenity. Il est doté de nouvelles fonctionnalités, plus…
Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)