Aller au contenu principal

Des astuces d’éleveurs pour faciliter le travail en volaille de chair

La chambre d’agriculture de Bretagne a recueilli, dans un guide, les équipements et les aménagements mis au point par des éleveurs pour améliorer leurs conditions de travail. Voici une sélection des équipements qui facilitent le paillage et la préparation du bâtiment en volailles de chair.

Epandeur de papier et d'aliment "fait maison" chez Florent Duffros dans les Côtes d'Armor. © Chambres d'Agriculture de ...
Epandeur de papier et d'aliment "fait maison" chez Florent Duffros dans les Côtes d'Armor.
© Chambres d'Agriculture de Bretagne
 

1. Du copeau à disposition dans un andain central

 

 
Pierrick Le Labourrier, éleveur de dindes dans le Morbihan, répartit un andain de copeau tout le long de son bâtiment de 1 200 m2, avant de le pailler. Il a ainsi à disposition de la litière pour le repaillage et n’a pas à en réintroduire durant le lot. « À part quelques coups de pelle de temps en temps, ce sont les dindes qui se chargent d’étaler les copeaux lors de leurs déplacements, explique-t-il. Je gagne un temps énorme (8 à 10 heures par lot). La dinde fait le travail à ma place. » Cette organisation a aussi un intérêt sanitaire : pas d’introduction de matériel extérieur ni de litière en cours de lot, pas d’ouverture des portails et de risque de perturber les entrées d’air. Elle évite d’investir dans un engin de repaillage. L’andain sert d’enrichissement pour les animaux. Ce système fonctionne bien en dinde mais peut être plus contraignant pour d’autres espèces en fonction de la disposition du matériel (lignes d’abreuvement et d’aliment centrales…). Il ne convient pas non plus pour les poulaillers avec une ligne de radiants centrale. Une alternative est de repartir des bigs bags de litière tout le long du bâtiment. L’éleveur utilise le godet d’un tracteur pour former un andain d’un mètre de haut soit 100 m3 de litière au centre du poulailler. Des barrières amovibles bloquent l’accès pendant les premiers jours.

 

2. Un épandeur transformé en pailleuse

 

 
Benoît Cornec, éleveur dans le Finistère, a transformé un épandeur à fumier en distributrice de litière. Il y a ajouté une table d’épandage fixée sur le châssis ainsi qu’un carénage métallique pour permettre l’abattement de la litière vers le bas. Peu coûteux, ce matériel permet de réaliser un primopaillage, tout en réduisant la pénibilité et en gagnant du temps. « Il peut être réalisé seul. Ce matériel est adapté à tout type de litière », explique l’éleveur. Il compte 1 h 30 pour installer la première litière dans un poulailler de 1 500 m2, soit sept chargements de l’épandeur. Il charge deux bottes de paille avec un télescopique et épand sur une largeur de 8 mètres (paille) ou 6 mètres (copeau). Fixée sur des cornières, une échelle facilite l’accès à la passerelle latérale en bois à partir de laquelle l’éleveur peut aisément couper les ficelles des ballots sans avoir à monter dans l’épandeur. Il faut la prévoir large, conseille-t-il pour se déplacer en sécurité.

 

 

 
Il faut aussi s’assurer que la hauteur de l’épandeur est adaptée à celle des bâtiments et changer de pneus si besoin pour rabaisseur le dispositif. Il faut compter 1 500 euros pour l’épandeur, 2 000 euros pour la table d’épandage, 500 euros de tôles et environ 4 000 euros selon la quantité de matériaux de récupération et quelques heures de bricolage.

 

3. Une brouette pour distribuer les granulés de paille

 

 
Pour faciliter le repaillage des zones humides, Benoît Cornec a par ailleurs recours à une brouette La Buvette (1), détournée de sa fonction d’origine de distribution d’aliment pour bovins. Elle dispose d’une trappe latérale dont l’amplitude de l’ouverture est contrôlée depuis les poignées de la brouette. Cela permet d’atteindre facilement les zones humides sous les pipettes. La brouette reste en permanence dans le poulailler et est remplie à partir de bigs bags de granulés de paille également stockés sur place.

 

 

 
« Selon l’état de la litière, il faut compter une à trois recharges de la brouette par repaillage, explique l’éleveur. Il n’y a pas de mécanisation, la pénibilité est très faible même lorsque la brouette est chargée (100 litres de capacité) et permet un gain de temps. »

 

(1) Environ 380 € HT.

4. Deux épandeurs de papier et d’aliment faits maison

 

 
Florent Duffros dans les Côtes-d’Armor et Julien Brignou dans le Finistère ont tous deux mis au point ou fait fabriquer un dispositif pour mettre en place le papier de démarrage et distribuer l’aliment en un seul passage. En réalisant deux tâches à la fois et à une seule personne, ils gagnent du temps et réduisent la pénibilité. Chez Florent Duffros, le dispositif est constitué d’un ancien épandeur à chaux porté sur un microtracteur. Le plateau de projection et le cardan ont été retirés, deux tiges de métal ont été soudées sur la structure basse sur lesquelles est fixée une barre qui soutient le rouleau de papier de démarrage.

 

 

 
L’ouverture de la trémie est commandée par une trappe actionnable depuis le tracteur. L’aliment tombe sur le papier qui se déroule sous le poids de l’aliment et avec l’avancée du tracteur.

 

 

Une trémie sur un télescopique

 

 
Chez Julien Brignou, il s’agit d’une trémie d’une tonne fixée au bras d’un télescopique. Conçue par un mécanicien, elle comprend à l’avant une barre métallique pour disposer le rouleau de papier. L’ouverture de la trappe est commandée par un vérin hydraulique. L’éleveur l’actionne sans descendre de son automoteur et arrête rapidement le versement de l’aliment. Une marche sur le côté permet à l’éleveur de voir le fond de la trémie. La capacité d’une tonne de la trémie est suffisante pour préparer un bâtiment, en l’espace de 20 minutes. Il n’y a pas d’allers-retours à faire pour recharger. Ce matériel a coûté 2 000 euros, main-d’œuvre comprise, et nécessite d’être équipé d’un télescopique (attention à la hauteur du plafond).

 

 

 
Pour l’équipe avicole des chambres d’agriculture, « le coût du matériel n’est pas si élevé au regard de la robustesse de l’équipement, du gain en efficacité et en confort de travail (pas de port de charge, ni de postures contraignantes pour dérouler le papier). » Attention toutefois à la biosécurité et à la désinfection de ces matériels, et plus généralement pour tous les engins roulant sur une litière propre.

 

Côté biblio

 

 
Recueil de 33 astuces en poules pondeuses et volailles de chair réalisé par la chambre d’agriculture de Bretagne sera imprimé durant l’été et disponible gratuitement sur le site synagri dans la rubrique élevage.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Epandeur de papier et d'aliment "fait maison" chez Florent Duffros dans les Côtes d'Armor. © Chambres d'Agriculture de ...
Des astuces d’éleveurs pour faciliter le travail en volaille de chair
La chambre d’agriculture de Bretagne a recueilli, dans un guide, les équipements et les aménagements mis au point par des…
Il faut une bonne habitude pour piloter ce robot télécommandé qui exige plus de doigté que de force © Rabaud
Le robot de lavage Lavicole tient ses promesses
À la coopérative Éveil, la qualité et la régularité du lavage s’ajoutent à l’amélioration des conditions de travail des laveurs-…
Les onze trophées avicoles des Innov’Space
Malgré l’annulation de l’édition 2020 du Space, les jurys Innov’space ont désigné 26 lauréats parmi les exposants virtuels, dont…
La coopérative Le Gouessant veut un parc poulette certifié bio avec un parcours, en utilisant le moins possible le système dérogatoire. © P. Le Douarin
Les poulettes bio du Gouessant sortiront toutes bientôt
La coopérative Le Gouessant n’a pas attendu la publication des dernières règles techniques du règlement sur l’élevage des…
En juillet, le "jardin d'hiver" était accessible en permanence aux volailles (âgées de 38 jours lors de la prise de vue). © L.Gouverne
Le poulet de mon enfance voit le jour dans la Drôme
La filière Valsoleil-Bernard Royal Dauphiné met en marché le poulet de mon enfance dans le quart Sud-Est, issu d’un élevage…
Poulettes bio de 16 semaines élevées selon les règles du futur règlement européen. © P. Le Douarin
Les enjeux de l’œuf bio

Avec des mises en place de pondeuses en croissance de 60 % de début 2017 à fin 2019, le marché de l’œuf…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)