Aller au contenu principal
Font Size

Créer du lien avec Twitter

Producteur d’œufs, David Joubier, partage sur Twitter photos et vidéos, mots d’humeur ou d’humour… Il se sert de cet outil pour communiquer avec son réseau, essentiellement de professionnels.

Le chant des poules à l’allumage du poulailler, le robot palettiseur en action, le ramassage des œufs en famille le dimanche, les réglages de la bineuse, une jolie photo du champ de pois sous le brouillard, le tournage d’une vidéo d’agriculteurs orchestré par sa coopérative… David Joubier est devenu un utilisateur assidu de Twitter (@joubier4). Il est inscrit depuis un an et demi au site de microblogging, emblématique avec son logo en forme d’oiseau. Pour autant, David est loin d’être un inconditionnel des réseaux sociaux et n’a surtout pas l’intention d’y passer son temps, ni d’y raconter sa vie. Il est uniquement abonné à Twitter qu’il juge plus orienté sur la vie professionnelle tandis que Facebook est davantage axé sur la vie privée. « Twitter représente avant tout un moyen de communiquer vers l’extérieur et de recréer du lien. Il permet de témoigner sur des moments importants de notre quotidien d’éleveurs, d’échanger sur un équipement ou une technique innovante, de relayer différents messages de valorisation et de défense de nos métiers. » Avec son smartphone toujours à portée de main, David utilise aussi Twitter pour suivre l’actualité agricole, une à plusieurs fois par jour, lorsqu’il a un peu de temps.

Mettre en avant le système coopératif

Âgé de 37 ans, David est installé depuis 10 ans à Taupont dans le Morbihan avec son frère Mickaël, également twitto (@JoubierMicka). Ils exploitent deux bâtiments de 75 000 poules pondeuses en cages aménagées ainsi qu’un élevage plein air de 30 000 places. L’atelier ponte sera complété d’ici la fin de l’année par un nouveau site de 12 000 poules pondeuses sous agriculture biologique. En parallèle, ils cultivent 160 hectares de céréales et de légumes, en phase de conversion bio. « On a beaucoup de choses à apprendre sur ce mode de production. En cela, Twitter est un outil formidable pour faciliter le partage d’expériences et la mise en relation avec d’autres agriculteurs bio. » L’éleveur est abonné à de nombreux comptes professionnels, notamment à ceux de la coopérative d’Aucy, dont il relaie régulièrement les messages (retweets). Très attachés aux valeurs coopératives, David et Mickaël sont impliqués dans la démarche de communication Fiers de coopérer (#fiersdecooperer) et dont l’objectif est de remettre du lien entre les producteurs et les consommateurs. « Il s’agit de montrer qu’une marque, ce n’est pas que du marketing et que derrière nos produits (D’Aucy pour les légumes ou Cocotine pour les produits d’œufs destinés à la RHD), il y a des agriculteurs et une garantie d’origine. » David est convaincu que le monde agricole doit davantage communiquer, et en particulier sur les réseaux sociaux. « On ne le fait pas assez, regrette-t-il, que ce soit à titre individuel ou collectif », tandis que d’autres pays producteurs d’œufs sont beaucoup plus proactifs dans ce domaine.

 

« Ne laissons pas les autres parler de notre métier à notre place »

Unknown-3jpeg.jpg

À la tête d’un élevage de 6 000 poules pondeuses biologiques à Pers-en-Gâtinais dans le Loiret, Lydie Boussin est une twitteuse active depuis près de deux ans. Son compte @CedricetLydie compte 350 abonnés et elle y dépose très régulièrement des photos de son quotidien d’éleveuse, de travaux dans les champs, de réunions professionnelles mais également des @twittoeufs. Il s’agit d’une photo ou d’une vidéo mettant en scène des œufs en rapport avec l’actualité du moment : œufs en chocolat sur le convoyeur à Pâques, coquille remplie de muguet le 1er mai et autres clins d’œil à l’occasion du salon de l’Agriculture, de la nouvelle année… « C’est mon mari, Cédric, également agriculteur et très investi sur les réseaux sociaux, qui trouve l’idée lorsqu’il vient m’aider le dimanche pour le ramassage des œufs et on fait le montage ensemble. » L’objectif de ces tweets, présentés sous un trait humoristique, est aussi de toucher un large public et pas seulement le milieu agricole. « L’enjeu est de communiquer sur notre métier, de montrer notre présence au quotidien auprès de nos animaux et de véhiculer un message positif auprès du grand public. Il s’agit aussi d’aller à l’encontre des messages portés par les associations véganistes qui sont déjà très présentes sur les réseaux sociaux. C’est à nous de parler de notre métier, sinon d’autres le feront à notre place de façon erronée et partisane. »

L’UGPVB incite les éleveurs à utiliser les réseaux sociaux

L’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne a organisé une matinée « conversation autour du numérique ». Initiée avec des éleveurs de porcs mais également ouverte aux producteurs d’œufs, l’objectif est de « mettre en mouvement les gens motivés, éleveurs et techniciens pour utiliser Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux, pour parler à la société de façon positive sur le métier d’éleveur, » explique Émilie Charpentier, chargée de la communication à l’UGPVB. « La puissance de ce média est phénoménale : on peut toucher énormément de monde par un simple tweet ou post. Les éleveurs doivent investir ce nouveau média incontournable, et pourtant inexploité aujourd’hui : dire ce qu’ils font, pourquoi et comment… pour tout simplement être plus présents dans l’esprit du grand public. Je comprends la crainte des éleveurs de s’exposer, de ne pas savoir quoi montrer ou d’avoir des critiques. Et pourtant, il va bien falloir s’y lancer… mais pas tout seul. » Raison pour laquelle l’UGPVB accompagne les éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
Les filières viandes « grandes oubliées » des aides
Le secteur des viandes a pour l’instant le sentiment de faire partie des « grands oubliés » des mesures d’accompagnement…
L'essai comparatif de trois stratégies de protection de poulets certifiés vis-à-vis des coccidies E.acervulina et E. tenella, 24 groupes de 40 animaux élevés jusqu'à 48 jours en station expérimentale. © Itavi
L’Itavi a expérimenté trois solutions de prévention de la coccidiose du poulet
Un essai mené en station expérimentale par l’Itavi sur des poulets certifiés montre qu’un programme d’additifs anticoccidiens est…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)