Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Conduite d'élevage
Comment agir sur le rendement filet des dindes

À l’occasion d’une journée technique, le sélectionneur Aviagen Turkeys a évoqué les facteurs d’élevage qui ont une influence sur le rendement filet de la viande.

La densité et la température d’ambiance influencent le rendement filet des dindes.
La densité et la température d’ambiance influencent le rendement filet des dindes.
© A. Puybasset

En France comme chez nos voisins producteurs de dindes, la viande blanche est la partie de la carcasse qui a la plus forte valeur ajoutée. « La viande de poitrine apporte 60 à 70 % de la valeur commerciale d’une volaille alors qu’elle ne représente que 26 à 28 % du poids vif de l’animal », souligne Richard A. Hutchinson, d’Aviagen Turkeys. C’est dire l’importance du rendement filet pour l’industrie de la viande. Audelà du potentiel génétique de l’animal, du poids et de l’âge à l’abattage, certaines pratiques d’élevage ont un impact direct sur le rendement.


1. DENSITÉ D’ÉLEVAGE ET PLACE À LA GAMELLE


L’environnement d’élevage doit permettre aux dindons d’exprimer leur potentiel génétique. Les facteurs qui limitent l’accès à l’aliment comme la densité et la place à la gamelle vont freiner la croissance. Aviagen recommande de ne pas dépasser une densité instantanée de 45 kg/m2 à 10 semaines puis de 59 kg/m2 à 20 semaines pour favoriser le développement des mâles. Ces normes correspondent aux standards au Royaume- Uni. « Un chargement de huit têtes par mètre carré à 10 semaines est défavorable au rendement. Si les volailles ont trop chaud, elles ne mangent pas. Elles ont moins accès à la gamelle. » De même,Aviagen déconseille de retirer une ligne de mangeoires ou d’abreuvoirs après le retrait des mâles.Cette pratique est courante en France car elle permet d’augmenter la surface disponible. « Mais attention, alerte Jean-Luc Favennec, responsable commercial France, les animaux plus âgés sont réfractaires au changement. Soixante dix pour cent des mâles montrent une préférence pour une gamelle. Si celle-ci est relevée, ils mettent trois jours à s’adapter ». En revanche, lorsque les animaux sont jeunes, le fait de déplacer les gamelles est plutôt positif car cela les stimule.


2. LA TEMPÉRATURE D’AMBIANCE


Entre 10 et 16 semaines d’âge, les dindons ont besoin d’une température d’ambiance plus basse pour optimiser le rendement filet. L’idéal est de ne pas dépasser 15 °C. L’objectif est de stimuler la consommation et la fixation des protéines. « En France, fait remarquer Jérôme Noiraud, d’Aviagen France, les pratiques sont différentes : on maintient une température plus élevée pour maîtriser l’indice de consommation. » En été, la dinde a des difficultés à évacuer son « extra chaleur ». Elle réduit sa consommation. « Dans des pays méditerranéens tels que l’Italie, on a observé des écarts de variation allant jusqu’à 4 % selon la période de l’année. » Pendant les périodes chaudes, il est conseillé de créer des mouvements d’air et de réduire la température d’ambiance.


3. LE PROGRAMME LUMINEUX


Le programme d’éclairage optimal pour le rendement des filets doit intégrer une période minimale quotidienne de six à huit heures d’obscurité à partir de 12 semaines d’âge. Cela retarde la maturité sexuelle des mâles et assure une meilleure orientation des nutriments pour la croissance.


(1) Définition Aviagen du rendement filet : Poids des filets pectoralis superficialis et pectoralis profondus sur le poids vif avant abattage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

[TABLEAU COMPARATIF] - 198 épandeurs de fumier à caisse étroite
Machinisme
Les modèles à caisse étroite restent les épandeurs de fumier les plus largement répandus.
En Pologne, les abattoirs refusent d’abattre des volailles saines des zones touchées par le virus influenza aviaire H5N8 HP
Selon Andrzej Danielak, le président de la fédération nationale polonaise des producteurs de volailles (PZZHiPD, les abatteurs ne…
Vers d’Heterakis adultes et juvéniles dans une boîte de Pétri, isolés après tamisage. Les plus larges et blancs sont des femelles porteuses d’œufs. © Anses
Utiliser des tamis pour identifier et quantifier les vers parasites des volailles
Une nouvelle méthode d’identification et de quantification des vers parasites des volailles a été mise au point par l’Anses avec…
Le virus influenza aviaire H5N8 détecté en Allemagne et à moins de 100 km de l’Alsace
Le virus aviaire influenza H5N8 Hautement pathogène vient de faire un grand bond vers l’ouest de l’Europe.
Construction d'un bâtiment pour poulets lourds dans le Morbihan.La région Bretagne veut participer à la reconquête du marché français du poulet, tout en conservant des élevages à caractère familial. © A. Puybasset
La région Bretagne plus exigeante pour ses aides à l'investissement dans le secteur avicole

Les conditions d’attribution des aides de la région Bretagne se durcissent pour les nouveaux projets de…

Deux nouveaux foyers d'influenza aviaire H5N8 HP en Bulgarie et en Tchéquie
Le même jour, le 17 février, autorités sanitaires bulgares et tchèques ont annoncé la détection d'un virus influenza H5N8…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)