Aller au contenu principal

Charges d'électricité en élevage : Des « amortisseurs » pour les coûts d’énergies

Conscient du choc énergétique engendré par la hausse des prix, l’État a mis en place trois dispositifs d’aides aux entreprises, dont les agriculteurs.

Les agriculteurs accéderont aux aides Bouclier tarifaire avec leur compteur à moins de 36 kVA, ou bien à l'aide forfaitaire de 25 % seulement si le prix facturé dépasse 325 euros le MWh.
Les agriculteurs accéderont aux aides Bouclier tarifaire avec leur compteur à moins de 36 kVA, ou bien à l'aide forfaitaire de 25 % seulement si le prix facturé dépasse 325 euros le MWh.
© Enedis/ B. Bechet

Mis en place fin 2021 pour les consommateurs, le bouclier tarifaire, concerne aussi jusqu’à fin 2023 les petites entreprises qui disposent de compteurs de moins de 36 kVA. À condition qu’elles aient aussi moins de dix salariés et réalisent moins de 2 millions de chiffre d’affaires. La hausse des kWh électriques sera limitée à 15 % en 2023. Une partie des agriculteurs seulement pourra en bénéficier.

Le second dispositif, opérationnel depuis juillet 2022, s’intéresse aux gros consommateurs d’énergies (gaz et électricité). Ces dernières aides ont été simplifiées le 19 novembre, mais restent compliquées dans le détail, quoique en dise Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. Seront désormais éligibles les entreprises ayant vu leur facture de gaz et d’électricité augmenter de 50 %, et non plus doubler. Les plafonds d’aide ont été doublés pour chacune des trois catégories de taille d’entreprises.

La condition d’un pourcentage minimal du chiffre d’affaires dépensé en achat d’énergies s’applique non plus sur 2021 (3 %), mais sur 2022 (6 % au 1er semestre). Compte tenu de ce critère pénalisant, il est peu probable que les agriculteurs puissent accéder au dispositif destiné aux gros consommateurs d’énergie, même s’ils le sont, ce qu’a d’ailleurs dénoncé le syndicalisme agricole.

Troisième dispositif plus simple

Conscient du trou dans la raquette des aides aux entreprises, le Gouvernement a annoncé un troisième dispositif le 27 octobre. Il est destiné aux entreprises TPE/PME réalisant moins de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires. Cette aide couvrira toute l’année 2023.

Le dispositif consiste à compenser la hausse à partir d’un prix de l’électricité de 325 euros le MWh jusqu’à un plafond de 800 euros le MWh. Entre ces deux bornes, une aide forfaitaire de 25 % s’applique à la consommation, en dehors du dispositif Arenh (prix de base de 49,50 euros le MWh réajusté fin 2023 par l’écrêtage). Une TPE ayant une tarification C2-C4 (tarif jaune-vert de plus de 37 kVA) touchera une compensation d’au maximum 118,75 euros le MWh (un quart de [800 euros – 325 euros]), c’est-à-dire 11 875 euros par tranche de 100 MWh consommés.

Le mécanisme administratif est simple. C’est du moins ce qu’a annoncé le ministre Bruno Le Maire. Muni de son numéro de Siret, l’entrepreneur déposera ses factures d’électricité à un guichet digital unique, l’administration se chargeant de contacter le fournisseur. La réduction de prix sera directement décomptée de sa facture d’électricité.

Les plus lus

Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
De gauche à droite, Jacques et Pierre Lagrève, producteurs d’œufs à Louvigné du Désert, et Olivier Dauloudet, technico-commercial Ouest pour Patura
Volailles plein air : Sécuriser les parcours contre les intrus avec des clôtures électrifiées
Pour protéger les parcours des intrusions humaines et animales, les clôtures électrifiées assurent une protection efficace et…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Fils de producteur d’œufs, Raphael Collet n’a aucune inquiétude vis-à-vis de ses choix techniques et de la commercialisation de ses œufs.
Œufs de consommation : Première installation d’une volière pondeuse Combo Plus
Dans les Côtes d’Armor en Bretagne, Raphaël Collet a repris l’élevage de pondeuses de son père pour voler de ses propres ailes.…
La ventilation dynamique est le premier poste de charges dans un poulailler de chair avec des économies importantes possibles dans les débits intermédiaires.
Dépenses électriques : Comment économiser avec une ventilation dynamique
La ventilation dynamique étant le principal poste de consommation électrique des bâtiments avicoles qui en sont équipés, modifier…
Grippe aviaire en Côtes d’Armor : Un quatrième foyer à Saint Fiacre
  Dans les Côtes d’Armor, un foyer d’influenza aviaire est survenu dimanche 5 février sur la commune de Saint Fiacre. C’est le…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)