Aller au contenu principal

Boyé Accouvage renouvelle ses élevages

Le couvoir Boyé a entrepris le renouvellement de ses élevages fournisseurs d’œufs à couver.

Boyé Accouvage a fait le choix de bâtiments dynamiques obscurs conduits en une ou deux unités de 11 ou 12 000 poules.
Boyé Accouvage a fait le choix de bâtiments dynamiques obscurs conduits en une ou deux unités de 11 ou 12 000 poules.
© P. Le Douarin

« Couvoir recherche éleveurs, désespérément ». Tel pourrait être le titre d’une annonce du couvoir Boyé, producteur de poussins et de pintadeaux. Selon Bénédicte Legrix, responsable de la production de l’activité Gallus, installer un nouveau site de production d’œufs à couver tient du parcours du combattant. « Vus les engagements financiers et les conséquences d’un échec, pour l’éleveur comme pour le couvoir, nous avons besoin du maximum de garanties. » Il faut que le couple « éleveur-site » réponde à de nombreux critères : risque sanitaire, distance, capacités financières et potentiel du candidat (motivation, disponibilité, formation, rigueur…). « Le plus souvent, c’est le profil qui bloque le projet », avoue Bénédicte.

Un concept inspiré des Nord-Européens

Le concept élaboré par Boyé est largement influencé par les pratiques de nos voisins belges, allemands, néerlandais. Après plusieurs visites chez ces derniers, le service technique a opté pour des bâtiments obscurs et étanches, procurant des conditions d’élevages techniquement maîtrisables et minimisant les risques sanitaires. L’unité de base comprend un ou deux poulaillers de 12 000 poules en souches mini et 11 000 en lourde). Réclamant une UTH et demie (une pour 12 000 poules), la configuration en double sécurise le fonctionnement de l’atelier (vacances, maladie, accident). « Nous tenons à ce que nos éleveurs puissent avoir la possibilité de dégager du temps pour prendre du recul et pour tenir sur le long terme », souligne Bénédicte Legrix.

Le premier site de ce type a vu le jour chez Etienne Mimeau à deux kilomètres des couvoirs. La structure entièrement bétonnée, du sol au plafond, abrite 24 000 poules.

Accompagnement financier annualisé

Outre l’accompagnement du porteur de projet et la garantie du débouché, Boyé participe au financement sous la forme d’une aide annualisée de 8,7 euros par mètre carré pendant dix ans. L’amortissement s’étend de 9 ans (22 % de l’investissement) à 18 ans (52 %), étalant la charge financière. « Le différentiel de prix avec un bâtiment sandwich conventionnel est de 10 euros du mètre carré », souligne Bénédicte Legrix.

Un tiers du parc de Boyé Accouvage à renouveler

Pour remplacer un parc vieillissant et des éleveurs proches de la retraite, un tiers de la surface de production va devoir être renouvelée. Dans les trois à cinq années, le couvoir souhaite faire construire 3000 m2 par an. Boyé produit un million de poussins par semaine, dont 80 % en classique (F15 et en majorité PM3 ou 308), 20 % en coloré (JA57) et 200 000 pintadeaux (Essor et Galor). Filiale du groupe Cana depuis 1990 puis de Terrena, Boyé Accouvage va bientôt fêter ses 60 années d’existence. Toujours installé en Gâtine, non loin de Parthenay dans les Deux-Sèvres, le site comprend trois couvoirs : pintade, Gallus et un sanitaire pour certains lots. Il emploie 110 personnes. Alors que les élevages de pintades sont détenus par le couvoir, la partie Gallus est externalisée. Huit éleveurs élèvent les reproducteurs, tandis que trente autres produisent les œufs à couver.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
Les Marchés
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Jérémy Choquet (à droite) et Xavier Moine, de Tuffigo-Rapidex : "Plus accessible, ce boîtier incite à aller plus loin dans l’optimisation des réglages. » © A. Puybasset
Une régulation de poulailler conçue « pour et avec » les éleveurs
L’équipementier Tuffigo-Rapidex innove avec l’ordinateur de régulation Serenity. Il est doté de nouvelles fonctionnalités, plus…
Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)