Aller au contenu principal

Bien « vendre » son projet de méthanisation

Peu connue du grand public et des élus, la méthanisation suscite parfois des contestations, nourries par des craintes. D’où la nécessité de dialoguer localement, bien en amont du projet.

Proposer aux élus de visiter un site existant fait partie des bonnes pratiques pour favoriser le dialogue territorial.
© D. Poilvet

Vous projetez d’investir dans une unité de méthanisation ? C’est dès maintenant qu’il vous faut prendre en compte la dimension de concertation autour du projet, bien avant l’affichage du permis de construire. Selon une enquête sur les Français et l’environnement, réalisé pour l’Ademe en 2017, une installation de méthanisation n’est la bienvenue dans le voisinage que pour 35 % de nos concitoyens. « Énergie renouvelable, le projet de méthanisation porte sur des enjeux de territoire mais il n’est pas toujours compris par les riverains », a souligné Constant Delatte, cofondateur de l’agence de concertation Quelia lors d’une conférence sur la méthanisation organisée par Aile durant le Space. Cette méfiance est souvent liée au fait que le grand public ne sait pas vraiment ce qu’est la méthanisation. « Il est nécessaire de rassurer la société quant au respect du cadre de vie et de mettre en place une réelle stratégie de dialogue avec les parties prenantes : élus locaux, habitants, associations, commerçants. » « Il faut embarquer tout le monde dans son projet et éviter de s’isoler », complète Anne Lafferrerie, de GRDF. Elle conseille de trouver des « ambassadeurs du projet », de mettre en place des stratégies d’alliance en s’adossant aux organismes (chambre d’agriculture, Ademe, Aile…). L’erreur la plus répandue est de ne pas communiquer ou trop tard. Ce n’est pas parce que le projet n’est pas soumis à la réglementation ICPE qu’il n’est pas nécessaire de le présenter. Cela passe par des réunions publiques mais aussi par des rendez-vous en face-à-face. « La concertation, ce n’est pas juste de la communication. Il faut éviter de se cantonner aux aspects purement techniques et expliquer concrètement les impacts à l’échelle du territoire. C’est par exemple la réduction des engrais chimiques grâce à la valorisation du digestat. Le public ne peut que soutenir ce genre d’argument. »

Une corrélation entre information et adhésion au projet

Anne Lafferrerie s’appuie sur le retour d’expériences de dix projets de méthanisation agricole avec injection de gaz, réalisés ces dernières années en France. L’étude commanditée par GRDF avec l’appui de sociologues avait pour premier objectif de mieux connaître la perception de la méthanisation par les habitants. Les retours des 330 entretiens réalisés sont plutôt positifs. Un tiers des personnes interrogées étaient favorables au projet et une sur 10 y était opposée. Seule une personne sur cinq sait expliquer ce qu’est la méthanisation. « L’enquête confirme que plus les personnes connaissent le projet plus elles lui sont favorables. » L’étude a par ailleurs permis de répertorier les bonnes pratiques mises en place par les porteurs de projets pour favoriser le dialogue territorial : visite d’un site existant avec le conseil municipal, proposer deux alternatives de projet aux élus pour ne pas donner le sentiment d’imposer son projet, rencontres à domicile auprès des riverains proches pour entendre les craintes et expliquer les nuisances transitoires, organisation d’une journée porte ouverte, partenariat avec le syndicat local en charge des déchets, prise en compte des nuisances (solutions pour réduire les odeurs, mur antibruit, détourner les trajets des camions de centres bourgs)… Et bien d’autres exemples qui ont abouti à la rédaction d’un livret de préconisations (voir ci-dessous).

En savoir plus

Plusieurs guides sont disponibles pour aider les porteurs de projet et les collectivités locales. Ils sont téléchargeables gratuitement.

• La méthanisation en 10 questions, par l’Ademe

https://www.ademe.fr/methanisation-10-questions

• Informer et dialoguer autour d’un projet de méthanisation, par l’Ademe

https://www.ademe.fr/informer-dialoguer-autour-dun-projet-methanisation

• Méthanisation agricole : retour d’expérience, par GRDF

www.injectionbiomethane.fr/wp-content/uploads/.../rex-appropriation-locale-final.pdf

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Le projet Abile visait à mieux connaitre le potentiel de différents types d'effluents avicoles et son évolution dans le temps, notamment en lien avec le stockage © A. Puybasset
Les effluents avicoles ont de l’énergie à revendre
Grâce au procédé de méthanisation, les effluents des élevages avicoles ont un rôle à jouer dans la transition énergétique…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)