Aller au contenu principal

Bien traiter son eau de boisson

Fournir une eau de boisson de bonne qualité bactériologique passe très souvent par un traitement de désinfection chimique précédé d’une démarche d’amélioration globale adaptée à chaque élevage.

Les éleveurs de volailles sont ceux qui ont le plus conscience de l'importance de la qualité bactériologique de l'eau de boisson, mais ils s'interrogent souvent sur le "bon" désinfectant (efficace, sécurisé, simple d'usage) à utiliser  © A.Puybasset
Les éleveurs de volailles sont ceux qui ont le plus conscience de l'importance de la qualité bactériologique de l'eau de boisson, mais ils s'interrogent souvent sur le "bon" désinfectant (efficace, sécurisé, simple d'usage) à utiliser
© A.Puybasset

L’eau est le premier nutriment des volailles, avec en moyenne 1,8 à 2 fois plus d’eau que d’aliment consommée par un poulet ou une poule et au moins trois fois plus par un palmipède, quel que soit leur âge, sans compter les périodes de forte chaleur. Comme les volailles sont parmi les espèces les plus sensibles à la qualité de l’eau, il est conseillé de viser la tolérance zéro avec des objectifs de potabilité humaine. C’est d’autant plus justifié que les produits des volailles sont destinés à la consommation humaine et que les antibiotiques doivent être de moins en moins utilisés.

Compte tenu des volumes annuels nécessaires pour abreuver les volailles et pour nettoyer les bâtiments, utiliser l’eau gratuite d’un forage ou d’un puits est à privilégier. Mais toutes ne sont pas consommables en l’état. Les prescripteurs en hygiène, les techniciens d’élevage, les vétérinaires… recommandent de traiter l’eau avant de la donner à boire à ses volailles, qu’elle soit privée ou publique. La faute en revient notamment aux contaminations du circuit qui sont favorisées en milieu chaud et humide, en présence d’une importante flore digestive et d’un biofilm qui peut persister dans les circuits d’eau. « Même si l’eau arrive bactériologiquement saine à l’entrée de la salle d’élevage, en l’absence de traitement désinfectant elle se retrouve presque toujours contaminée en bout de ligne », assure Félix Mahé du groupement de défense sanitaire de Bretagne (GDS). « Les résultats d’analyse les plus mauvais proviennent d’eaux du réseau public qui n’ont pas été traitées, affirme Anouk Dronneau, vétérinaire avicole dans le Morbihan. Loïc Fulbert du GSD de la Mayenne est plus nuancé. « Il n’est pas toujours obligatoire de traiter. Ajouter un biocide rémanent est moins justifié dans un élevage de type label rouge que standard, parce que les conditions d’élevage y sont différentes. » C’est donc une question de niveau de risque. S’il est élevé, il vaut mieux traiter préventivement l’eau contre la présence potentielle de bactéries pathogènes, plutôt que les volailles à titre curatif. Mais traiter l’eau ne doit pas être le seul réflexe à avoir.

Faire un diagnostic global avant de traiter

La qualité de l’eau passe par la maîtrise de la ressource et du réseau d’adduction jusqu’au tableau d’eau du sas et par la maîtrise au quotidien de la distribution dans la salle d’élevage. « C’est une démarche globale d’analyse des risques », souligne Loïc Fulbert, qui conseille de faire faire un diagnostic complet, du captage jusqu’à l’abreuvoir. L’auditeur évaluera la conformité et la fonctionnalité des installations, les contaminations de la ressource, les défauts de circulation de l’eau… En fonction des analyses d’eau et de son diagnostic, il préconisera de corriger les imperfections avec des dispositifs tels que la filtration de la matière organique, l’adoucissement contre l’excès de calcium et le magnésium, la déferrisation ou la démanganisation. Quant à la maîtrise sanitaire au quotidien, elle passera par la désinfection proprement dite et par une hygiénisation périodique contre la formation du biofilm et contre les contaminations remontantes : purges régulières en phase de démarrage des volailles, nettoyage et désinfection chimique ou décapage air/eau du biofilm lors du vide sanitaire.

« Désinfecter l’eau est quasi incontournable »

Les plus lus

Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
De gauche à droite, Jacques et Pierre Lagrève, producteurs d’œufs à Louvigné du Désert, et Olivier Dauloudet, technico-commercial Ouest pour Patura
Volailles plein air : Sécuriser les parcours contre les intrus avec des clôtures électrifiées
Pour protéger les parcours des intrusions humaines et animales, les clôtures électrifiées assurent une protection efficace et…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Fils de producteur d’œufs, Raphael Collet n’a aucune inquiétude vis-à-vis de ses choix techniques et de la commercialisation de ses œufs.
Œufs de consommation : Première installation d’une volière pondeuse Combo Plus
Dans les Côtes d’Armor en Bretagne, Raphaël Collet a repris l’élevage de pondeuses de son père pour voler de ses propres ailes.…
Grippe aviaire en Côtes d’Armor : Un quatrième foyer à Saint Fiacre
  Dans les Côtes d’Armor, un foyer d’influenza aviaire est survenu dimanche 5 février sur la commune de Saint Fiacre. C’est le…
La ventilation dynamique est le premier poste de charges dans un poulailler de chair avec des économies importantes possibles dans les débits intermédiaires.
Dépenses électriques : Comment économiser avec une ventilation dynamique
La ventilation dynamique étant le principal poste de consommation électrique des bâtiments avicoles qui en sont équipés, modifier…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)