Aller au contenu principal
Font Size

Barrer la route aux ténébrions

Avec le développement de résistances parmi les populations de ténébrions et le durcissement de la réglementation sur les insecticides, l’éleveur s’adapte et varie ses moyens de maîtrise.

Passer d’un traitement systématique à une démarche raisonnée de maîtrise.
Passer d’un traitement systématique à une démarche raisonnée de maîtrise.
© P. Le Douarin

La présence des petits ténébrions — nom français d’Alphitobius Diaperinus — est loin d’être ressentie par les éleveurs comme un complément de protéines pour leurs volailles de chair. Le pouvoir de nuisance de ces insectes d’un demi-centimètre est indéniable. Le ténébrion est un porteur sain de nombreux germes indésirables chez la volaille et transmissibles d’un lot à l’autre. Ces coléoptères sont aussi une source d’inconfort. L’insecte creuse des galeries dans les panneaux sandwich des poulaillers. En quelques années, les parois sont mangées de l’intérieur, d’où une perte d’étanchéité et d’isolation.

Coléoptère d’origine africaine, Alphitobius Diaperinus a été décrit pour la première fois en France en 1977. Il fait preuve d’un dynamisme et d’un pouvoir d’adaptation extraordinaires. Pouvant vivre 700 jours, une femelle pond de 200 à 2000 œufs. Dans les poulaillers, les conditions écologiques sont réunies pour boucler le cycle biologique en une quarantaine de jours à 30 °C et en 165 jours à 20 °C : température, nourriture, eau et gradient d’humidité, absence de prédateurs (hormis les volailles), cachettes.

Alterner les familles de substances pour infléchir la résistance des ténébrions

Les productions de longue durée sont les plus affectées du fait de l’impossibilité d’intervenir chimiquement en présence des oiseaux. Jusqu’à récemment, la lutte a reposé exclusivement sur les insecticides. Ils sont employés soit à la fin du lot pour atteindre les adultes qui remontent se cacher, soit avant le démarrage pour tuer les larves qui vont éclore.

Mais l’usage répété de molécules et leurs défauts d’utilisation (dosage, fréquence, lieu), se sont traduits par une résistance des ténébrions, mal admise par des metteurs en marché invoquant des applications inappropriées. Des chercheurs de l’université de Rennes 1 prouvent que les éleveurs avaient raison, mais que la situation varie d’un élevage à l’autre. L’usage raisonné des insecticides est dans l’air du temps, avec l’alternance des familles de substances. La réglementation européenne restreint le nombre de molécules, mais l’offre de produits reste abondante. En imposant des procédures longues et coûteuses, elle oblige les laboratoires à faire des choix. Telle molécule potentiellement active ne sera pas commercialisée parce qu’elle est déjà utilisée contre un autre type d’insecte ou des usages phytosanitaires.

Des alternatives émergent. La lutte biologique est au stade de la recherche. Le piégeage a fait son apparition en élevage avec un modèle passif initialement développé pour suivre les populations de charançon rouge du palmier. Une étape vient d’être franchie avec un nouveau piège attractif, dont les promoteurs mettent en avant le rôle de contrôle. Les éleveurs disposent d’une méthode qui leur permet de décider de l’opportunité d’un traitement en fin de lot. Le temps du traitement systématique et continu est révolu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)