Aller au contenu principal

« Au plan européen, le lobbying est indispensable » estime Paul Lopez

Nouveau président de l'Avec (1), la structure de lobbying des industriels avicoles européens, le Français Paul Lopez entend garder la confiance des consommateurs européens, tout en défendant les intérêts de la production et de la transformation.

Paul Lopez dirige la branche volaille du pôle animal de Sofiprotéol. Entré chez Boscher Volailles en 1990, 
il a participé au développement de 
cette filière avec l’arrivée de Volailles 
de Keranna en 2000 et de Volailles 
de Blancafort en 2012.
Paul Lopez dirige la branche volaille du pôle animal de Sofiprotéol. Entré chez Boscher Volailles en 1990,
il a participé au développement de
cette filière avec l’arrivée de Volailles
de Keranna en 2000 et de Volailles
de Blancafort en 2012.
© P. Le Douarin

. Auprès de qui intervient l’Avec ?


Paul Lopez - « L’Avec est surtout en relation avec la Commission européenne et ses services. Il faudrait aussi renforcer l’action auprès du Parlement européen, mais cela nécessite beaucoup plus de temps. Nous sommes présents à Bruxelles pour apporter notre expérience de la vie économique de notre secteur, parfois face à d’autres groupes de pression qui peuvent véhiculer une image négative de nos productions animales. Il nous faut donc agir transversalement avec d’autres filières ou d’autres métiers. »


. L’association parvient-elle à unifier les intérêts de ses membres ?


P. L. - « Quatre-vingt-dix pourcents des sujets sont consensuels parce que la problématique est la même quel que soit le pays. C’est une bonne base de travail ! Pour les 10 % restants, nous débattons. Des différences existent entre l’Europe du Nord et celle du Sud. À mi-chemin, la France a un rôle à jouer. Le dossier de l’étiquetage de l’origine est un des sujets délicats pour le consensus. Au-delà de positions parfois divergentes, chacun peut défendre ses intérêts nationaux à travers d’autres structures (Breiz Europe ou France Agro Europe par exemple). En adhérant à l’Avec, on ne perd pas son identité nationale. »


. Quel est votre programme pour ce premier mandat de deux ans ?


P. L. - « D’une part, promouvoir, développer et défendre la production et la transformation en Europe. D’autre part, faire en sorte que nos métiers et nos produits gardent la confiance et la préférence des consommateurs européens. Je milite pour le respect de règles « identiques » et non « équivalentes » sur les produits importés des pays tiers. Il faut que les conditions de production de ces filets de poulet importés soient strictement les mêmes qu’en Europe. Aujourd’hui, l’Union européenne raisonne par équivalence, dans le cadre de discussions sur les barrières non tarifaires. Ce qui constitue une distorsion préjudiciable à la filière avicole européenne. »


. Quels sont les trois dossiers européens prioritaires ?


P. L. - « L’accord TTIP USA-Europe, les viandes désossées mécaniquement et la réglementation sanitaire, dont les projets de la Commission européenne sur Campylobacter.
Concernant le TTIP, les Américains et certains Européens essaient de faire accepter des équivalences sur la décontamination des carcasses pour contourner l’interdiction de chloration.
Sur la question des viandes désossées mécaniquement, nous cherchons à faire comprendre que depuis vingt ans la technologie a changé et que le règlement actuel comporte des lacunes. Nous essayons de faire préciser des points du texte. Le problème tient au fait que ces viandes désossées sont considérés comme « VSM » (viandes séparées mécaniquement) alors qu’elles conservent toutes les caractéristiques du muscle. Les clients de l’industrie agroalimentaire refusent cette mention dans la liste des ingrédients des produits élaborés.
Par rapport aux toxi-infections alimentaires, le dossier Campylobacter est très discuté. Nous sommes d’accord pour y travailler, mais nous demandons de mieux connaître le germe (causes, conséquences, remèdes) avant de nous voir imposer des règles coûteuses et pas forcément efficaces. Donnons-nous du temps pour mettre en route les actions adéquates, en s’inspirant du succès de notre démarche des vingt dernières années en matière de lutte contre les salmonelles. »



(1) Association européenne des industriels de la viande de volaille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)