Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Gestion de la litière : Attention aux restrictions d’eau en dinde

Le maintien d'une litière sèche dans les élevages de dindes passe par un bon management de la litière et non pas par une restriction d'eau qui pénalise la croissance.

Une litière sèche est un facteur clé de la réussite d’un lot de dindes, comme l’a rappelé un récent essai réalisé en station de recherche par le sélectionneur Hendrix Genetics. Les dindons élevés dans des conditions favorisant une litière humide (pas d’entretien de litière, pas de vide de mangeoires,…) avaient un poids à 125 jours inférieur de 10 % au groupe témoin et un rendement cuisse pénalisé de 0,7 %. « Mais le maintien d’une litière sèche doit passer par un bon management de la litière (repaillage, aération) et non pas par une restriction des consommations d’eau », a rappelé Sylvain Brière, d’Hendrix Genetics lors d'une réunion technique organisée par l'association des techniciens avicoles de Ploufragan. Il s’appuie sur un second essai en cours, qui a comparé les performances de trois lots de dindons : le groupe 1 témoin, le groupe 2 élevés avec une restriction d’eau (moins d’abreuvoirs et moins de volume d’eau disponible par abreuvoir) et le groupe 3 élevé dans des conditions favorisant une litière humide (pas de repaillage). « La restriction d’eau (groupe 2) a permis de maintenir une litière sèche, mais elle a pénalisé de 500 g la croissance des dindons à 110 jours (15,9 kg contre 16,4 pour le groupe 1 témoin) », a indiqué Sylvain Brière. L’écart est presque aussi important que pour le groupe 3 avec litière humide non repaillée (15,8 kg). « Rationner l’eau n’est pas une solution pour maintenir une bonne litière car cela réduit la consommation d’aliment", explique le sélectionneur qui parle plutôt d’une bonne gestion du ratio eau/aliment. Il encourage les éleveurs à être plus vigilants sur le bon accès à l’eau et au bon réglage du matériel d’abreuvement. « Les pipettes sont bien adaptées au démarrage mais pour l’engraissement, mieux vaut des abreuvoirs de type Plasson, à condition qu’ils soient bien réglés. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
La dinde Le Gaulois de LDC monte en gamme
Parallèlement à sa communication renforcée sur les bénéfices nutritionnels de la dinde, le groupe LDC lance la dinde « Oui c’est…
Vignette
L’éclosion à la ferme à l’essai avec le couvoir Boyé accouvage
Filiale de Terrena, Boyé accouvage a choisi de tester l’éclosion à la ferme, qu’il a baptisée Écloferme, sur cinq élevages.
Vignette
Le modèle d’élevage bio s’est inspiré du label rouge fermier

La caractéristique de la production française des volailles bio, c’est qu’elle est majoritairement…

Vignette
Interview de Louis Schweitzer, président de la Fondation droit animal, éthique et sciences « Évoluer sur le bien-être pour éviter le rejet social »
En informant mieux le consommateur avec un étiquetage bien-être simple et quasi universel, l’ancien P.-D.G. de Renault veut faire…
Vignette
Nouvelle formation avicole en Bretagne

À partir du mois d’octobre, les chambres d’agriculture de Bretagne lancent une nouvelle formation

Vignette
Le distributeur spécialisé Biocoop joue la carte du commerce bio équitable
Revendiquant 12 à 14 % du marché de la distribution bio, le réseau Biocoop vise l’excellence de ses produits à travers une…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)