Aller au contenu principal
Font Size

Armor œufs met le cap sur l’œuf alternatif

En créant une section œuf alternatif, le groupement des producteurs bretons d’Avril marque son engagement sur la voie de la conversion des élevages standard.

Sans foncier suffisant, les bâtiments de code 3 transformés en code 2 avec une volière devront obligatoirement disposer de lumière naturelle et de jardins d'hiver a annoncé Éric Philippe, le responsable de la branche œuf d'avril.
© P. Le Douarin

Nous sommes tous de potentiels éleveurs de poules en mode alternatif », affirmait Franck Picard le 19 avril, dans son rapport moral lors de l’assemblée générale du groupement qu’il préside. Après les interrogations et les doutes, les éleveurs bretons ont compris que le mouvement était irrémédiable et qu’ils devaient s’adapter. C’est pourquoi, une section œuf alternatif (plein air et bio) vient d’être constituée, avec déjà 38 éleveurs plein air. Quant aux 57 éleveurs en code 3 (4,7 millions de poules), ils ont des décisions à prendre rapidement, suite à l’accélération en 2016 de la demande d’autres modes de production, en coquille et en ovoproduits. Le recul du code 3 est déjà violent en GMS, avec moins 5,8 % en volume et moins 8 % en valeur. Éric Philippe, le responsable de la branche œuf d’Avril, estime que la part du code 3 vendu par Matines tombera de 71 % en 2016 à 34 % en 2022 (de 88 % à 42 % pour les ovoproduits Ovoteam), tandis que le code 1 augmentera de 17 % à 41 % en coquille (de 5 % à 53 % en ovoproduits). Prévu à 10 % de part de marché en 2025 (1,4 % aujourd’hui), l’avenir du code 2 sol n’est pourtant pas garanti, « tant que des contrats avec de gros clients ne seront pas conclus », souligne Éric Philippe, qui veut éviter une nouvelle impasse pour les éleveurs. De toute manière, l’élevage sous code 2 sera un « sol plus » avec lumière naturelle et jardins d’hiver, afin de réduire la concurrence avec des œufs « minimalistes » importés.

Deux millions de poules en moins en cage d’ici 2022

Pour Sanders Bretagne, les prévisions de réduction de poules en cage sont d’un million en 2019 et de deux millions en 2022, tandis que le cheptel alternatif (sol inclus) devrait augmenter de 1,4 et de 2 millions ces mêmes années. « La production doit s’adapter avec un bon timing, souligne Éric Philippe. La transformation se déroulera en concertation entre l’amont et l’aval en tenant compte de la situation de chacun. » Sanders Bretagne a ainsi évalué les capacités et les niveaux de remboursement résiduel des adhérents. L’encours global est de 50 millions d’euros et il sera encore de 20 millions en 2022.

Avril accompagnera ses éleveurs selon deux modalités. À ceux disposant de foncier ou de cages transformables (en "sol plus"), de nouveaux contrats adaptés seront proposés. Quant aux autres, le contrat sera reconduit annuellement selon l’état du marché, sans doute à la baisse. À moyen terme, il leur faut aussi envisager un arrêt du code 3 (avec une aide éventuelle dans le cadre du futur contrat sociétal d’avenir) ou une évolution vers le « sol plus ».

Pour renforcer ce qui restera de l’œuf standard, Éric Philippe annonce la mise en place rapide d’une certification bien-être animal chez 400 éleveurs partenaires en France. « Nous devons être irréprochables pour continuer à défendre l’œuf standard français. » Elle apportera aussi plus de contenu à la communication sur l’œuf. Matines va aussi lancer le « club des éleveurs engagés » qui apparaîtront sur les visuels de communication, y compris en œufs alternatifs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Forte croissance de l'élevage de poules pondeuses bio en France
L'Agence Bio rapporte une vague d'engagement vers l'agriculture biologique en monogastriques.
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les mises en place nationales de canetons chair ont diminué de 28% en avril par rapport au même mois de 2019 (497 100 têtes par semaine) selon l'interprofession du canard. © P. Le Douarin
Les Pays de la Loire aident les éleveurs de canards Barbarie

Les collectivités territoriales ligériennes viennent au secours des 400 éleveurs de canards de chair.…

 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)