Aller au contenu principal

Arborez les parcours de vos pondeuses

Sur un parcours, les arbres verdissent l’image de la production d’œufs, tout en améliorant le confort des poules. Quand en plus ce sont des fruitiers, ils peuvent même apporter un revenu complémentaire.

Christian Tréguier, pépiniériste 
à Plussulien dans les Côtes-d’Armor, montre comment implanter des arbres fruitiers sur leur parcours aux adhérents du Gouessant.
Christian Tréguier, pépiniériste
à Plussulien dans les Côtes-d’Armor, montre comment implanter des arbres fruitiers sur leur parcours aux adhérents du Gouessant.
© C. Julien

En encourageant ses adhérents à arborer leurs parcours, la coopérative bretonne le Gouessant pratique l’agroforesterie version poules pondeuses. Si la présence d’arbres est un ‘plus’ pour l’image des productions alternatives, leur intérêt est aussi technique et économique. Les arbres plaisent aux poules. En leur offrant de l’ombre et un sentiment de sécurité, ils les attirent sur toute la superficie. Un parcours sur lequel les poules se dispersent largement permet aux dominées d’avoir des périodes de calme et facilement accès aux mangeoires. Un plus pour l’homogénéité du lot.


Interêts zootechnique et économique


L’intérêt est aussi économique. La plantation d’arbres fruitiers apporte une valorisation supplémentaire. On peut planter des pommiers à cidre, à couteau, poires, noix et autres fruits, en fonction des débouchés locaux. Et de ses goûts ! « Je vais planter des fruitiers, prévoit Sylvie Trémel, avicultrice à Rospez (22), dont le bâtiment accueille sa cinquième bande en plein air. Des arbres pour les poules, des fruitiers pour en profiter. Pourquoi ne pas faire un peu de cidre. Comme cela a un coût, je vais planter au fur et à mesure. »


Une plantation progressive


Dans la plupart des modes alternatifs, la plantation n’est pas une obligation. Seul le label rouge exige un minimum de vingt arbres par parcours. Dans le cadre de sa démarche « 4 soleils », Le Gouessant incite les éleveurs à arborer et les accompagne par des formations. Début novembre, Christian Tréguier, pépiniériste à Plussulien (22), a dispensé quelques conseils à un groupe d’éleveurs. Pour réussir ses plantations, le premier point est de veiller à choisir des variétés adaptées à son type de sol. Le pépiniériste conseille d’implanter un arbre tous les 7 à 10 mètres. Pour les haies, plantées en pourtour pour faire office de brise-vent et de brise-vue, les distances de plantation sont calculées en fonction du futur entretien au lamier. À la plantation, il faut épauler le jeune arbre à un tuteur. « Le tuteur doit être placé du côté du vent dominant », précise Christian Tréguier. Au pied, une bâche empêchera les poules de gratter. De l’engrais ou du compost seront apportés. Ensuite, les arbres n’ont plus besoin d’un amendement spécifique. De même un seul bon arrosage suffit. Les plants sont aussi taillés à la plantation. Les années suivantes, en février-mars, il faut juste éclaircir quand les branches ont trop poussé. Le seul entretien annuel est un chaulage du tronc pour limiter les risques de maladies.
Le choix des plants et leurs tailles successives doivent permettre d’avoir une hauteur de tronc suffisante. « Il ne faut pas mettre de basse tige, constate le pépiniériste. Sinon les poules se perchent et abîment les arbres. » Un an après la plantation, on peut espérer quelques fruits. Il faudra attendre quatre à cinq ans pour une pleine production, des pommiers notamment. Comptez 25 à 30 euros pour un plant et son tuteur.

La politique incitative du Gouessant

Au sein du Gouessant, une centaine d’agriculteurs élèvent des poules en plein air ou en volière. Cela représente 950 000 poules dans 130 bâtiments.
La coopérative les encourage à arborer leurs parcours. « C’est une image importante pour nos élevages, estime Cécile Mahé, responsable production de la filière œufs. D’ici à 2018, nous souhaiterions que 100 % des parcours soient arborés. »
Par exemple, au travers de la démarche « 4 soleils », qui, depuis 2008, encourage une agriculture durable soucieuse de l’environnement, du bien-être animal, de l’intégration paysagère. Dans le cahier des charges, l’image du parcours est un point important. À chaque référencement, l’éleveur est incité à arborer son parcours.
Cette incitation à planter est accompagnée par des formations. La coopérative n’apporte pas d’aide à la plantation, mais les éleveurs bretons peuvent être accompagnés financièrement par le programme Breizh bocage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Apprécier le niveau de souffrance et la capacité à recouvrer assez vite un état quasi normal.
Comment décider de la mise à mort des volailles
L’Itavi et le monde vétérinaire, représenté par la SNGTV, ont édité un arbre décisionnel, qui permet à l’éleveur confronté à un…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)