Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Antibiothérapie : changer peu à peu les pratiques et les mentalités

Pour le vétérinaire Jérôme Durand, la filière avicole peut diminuer l’antibiothérapie grâce à une démarche associant prise de conscience et encadrement.

Jérôme Durand, vétérinaire 
dans le Maine-et-Loire : « Le vétérinaire doit utiliser 
la confiance que l’éleveur 
met en lui pour orienter 
le choix du traitement. »
Jérôme Durand, vétérinaire
dans le Maine-et-Loire : « Le vétérinaire doit utiliser
la confiance que l’éleveur
met en lui pour orienter
le choix du traitement. »
© P. Le Douarin

La prise de conscience de la nécessité de réduire les usages des antibiotiques est bien réelle chez les vétérinaires, affirme Jérôme Durand. Les solutions alternatives sont systématiquement proposées. « Les autovaccins sont de plus en plus utilisés en production de volailles de chair. Les éleveurs acceptent le surcoût et le surplus de travail de cette prophylaxie injectable, pour une baisse de la médicalisation, mais également pour une meilleure santé des animaux. »
Au-delà du diagnostic et de la prescription, le vétérinaire souligne son rôle d’éducateur et de passeur de messages. « Dans un cheptel important, la maladie stresse le propriétaire qui se sent souvent acculé. Il sait qu’il doit réagir vite. La précipitation l’attire vers des solutions bien connues et il attend une prescription d’antibiotiques. Le vétérinaire doit utiliser la confiance acquise au fil des années pour orienter le choix du traitement en privilégiant les alternatives à l’antibiothérapie. »
Ce conseil est élargi à l’organisation de production et à ses partenaires. « Nous accompagnons ces acteurs qui prennent en compte nos positions. En accord avec eux, nous cadrons de plus en plus les pratiques sanitaires qui permettent de restreindre les usages petit à petit. L’aspect humain et relationnel est important : il ne faut pas brusquer les mentalités. »


Une évolution à mener dans le temps avec tous les partenaires


Par le passé, les progrès sanitaires et les actions vétérinaires d’accompagnement ont été réalisés grâce à des efforts communs et à la conviction des filières. « La démédicalisation est une étape supplémentaire de la démarche de progrès, et de prise de conscience. Pour qu’elle soit durable, cette évolution doit se faire dans le temps avec l’ensemble des acteurs. » L’intention gouvernementale de découpler la délivrance des antibiotiques de la prescription a été mal vécue par Jérome Durand, « comme une accusation de prescrire pour faire de l’argent et comme une remise en cause de dizaines d’années d’accompagnement du monde de l’élevage ». Malgré les propos rassurants de Stéphane Le Foll, la profession vétérinaire s’interroge sur d’autres annonces à venir. « Il ne faudrait pas déstabiliser le réseau de santé vétérinaire de proximité construit depuis plus de trente ans. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
La dinde Le Gaulois de LDC monte en gamme
Parallèlement à sa communication renforcée sur les bénéfices nutritionnels de la dinde, le groupe LDC lance la dinde « Oui c’est…
Vignette
L’éclosion à la ferme à l’essai avec le couvoir Boyé accouvage
Filiale de Terrena, Boyé accouvage a choisi de tester l’éclosion à la ferme, qu’il a baptisée Écloferme, sur cinq élevages.
Vignette
Le modèle d’élevage bio s’est inspiré du label rouge fermier

La caractéristique de la production française des volailles bio, c’est qu’elle est majoritairement…

Vignette
Interview de Louis Schweitzer, président de la Fondation droit animal, éthique et sciences « Évoluer sur le bien-être pour éviter le rejet social »
En informant mieux le consommateur avec un étiquetage bien-être simple et quasi universel, l’ancien P.-D.G. de Renault veut faire…
Vignette
Nouvelle formation avicole en Bretagne

À partir du mois d’octobre, les chambres d’agriculture de Bretagne lancent une nouvelle formation

Vignette
Le distributeur spécialisé Biocoop joue la carte du commerce bio équitable
Revendiquant 12 à 14 % du marché de la distribution bio, le réseau Biocoop vise l’excellence de ses produits à travers une…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)