Aller au contenu principal
Font Size

En Ukraine, Agromars fait une pause

Confronté à la crise, Agromars a réduit sa production, mais envisage encore de passer à 300 000 tonnes à moyen terme.

Denis Maystrenko, vétérinaire en chef d’Agromars devant un site de 14 poulaillers de 1200 m2, conduit en âge unique par moins de dix personnes
© P. Le Douarin

Créé en 2002, le groupe Agromars est le second opérateur du marché organisé, avec une douzaine de pourcent de part du marché ukrainien et une production de 175 000 tonnes en 2015. Alexis Marchenko, le directeur exécutif, reconnaît que l’entreprise a été affectée ces deux dernières années. Son marché historique d’exportation d’environ 60 000 tonnes vers la Russie et les pays de l’union douanière a été stoppé par le conflit. Agromars a été agréée par l’UE, mais les volumes vendus en Allemagne (via Wiesenhof) sont sans commune mesure. Le directeur regrette que l’Union européenne n’ait pas tenu sa promesse de compenser les pertes. D’où la recherche de nouveaux débouchés vers l’Irak, l’Égypte ou le Moyen-Orient permis par la certification Halal. Sur le marché intérieur, Agromars travaille surtout via un millier de magasins franchisés avec des ventes à 90 % en carcasse, même si la découpe augmente. La demande est limitée par un pouvoir d’achat affaibli. Le prix de vente sortie abattoir se situerait aux environs d’un euro le kg de carcasse.

Continuer à investir

Malgré ce passage difficile, le projet est encore de presque doubler la production pour atteindre 300 000 tonnes par an. Installée dans la région de Kiev, l’agro holding a concentré ses outils dans un périmètre restreint autour du site d’abattage (environ 30 km de rayon). Côte à côte, les trois couvoirs de 35 millions de capacité annuelle chacun, avec bientôt un quatrième en cours de construction (78 millions OAC de capacité), sont a moins d’un kilomètre des deux abattoirs de 280 000 têtes/jour. S’ajoutent neuf fermes de reproduction et 421 poulaillers répartis sur 31 sites d’élevages (capacité instantanée de 11 à 12 millions de poulets). Denis Maystrenko, le vétérinaire en chef, explique que cette relative proximité n’est pas un problème, chaque site étant isolé par des barrières sanitaires avec du personnel dédié et un vétérinaire par site d’une quinzaine de bâtiments. Les poulets sont élevés à des densités variant en fonction du marché (16/m2 actuellement contre 21 il y a deux ans) et pouvant aller jusqu’à 28/m2 moyennant des desserrages (au-delà de 19/m2). Le groupe exploite environ 20 000 ha de terres, mais n’est déjà plus autosuffisant en céréales, en majorité achetées pour être mélangées dans ses deux usines d’aliment.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)