Aller au contenu principal

En Ukraine, Agromars fait une pause

Confronté à la crise, Agromars a réduit sa production, mais envisage encore de passer à 300 000 tonnes à moyen terme.

Denis Maystrenko, vétérinaire en chef d’Agromars devant un site de 14 poulaillers de 1200 m2, conduit en âge unique par moins de dix personnes
© P. Le Douarin

Créé en 2002, le groupe Agromars est le second opérateur du marché organisé, avec une douzaine de pourcent de part du marché ukrainien et une production de 175 000 tonnes en 2015. Alexis Marchenko, le directeur exécutif, reconnaît que l’entreprise a été affectée ces deux dernières années. Son marché historique d’exportation d’environ 60 000 tonnes vers la Russie et les pays de l’union douanière a été stoppé par le conflit. Agromars a été agréée par l’UE, mais les volumes vendus en Allemagne (via Wiesenhof) sont sans commune mesure. Le directeur regrette que l’Union européenne n’ait pas tenu sa promesse de compenser les pertes. D’où la recherche de nouveaux débouchés vers l’Irak, l’Égypte ou le Moyen-Orient permis par la certification Halal. Sur le marché intérieur, Agromars travaille surtout via un millier de magasins franchisés avec des ventes à 90 % en carcasse, même si la découpe augmente. La demande est limitée par un pouvoir d’achat affaibli. Le prix de vente sortie abattoir se situerait aux environs d’un euro le kg de carcasse.

Continuer à investir

Malgré ce passage difficile, le projet est encore de presque doubler la production pour atteindre 300 000 tonnes par an. Installée dans la région de Kiev, l’agro holding a concentré ses outils dans un périmètre restreint autour du site d’abattage (environ 30 km de rayon). Côte à côte, les trois couvoirs de 35 millions de capacité annuelle chacun, avec bientôt un quatrième en cours de construction (78 millions OAC de capacité), sont a moins d’un kilomètre des deux abattoirs de 280 000 têtes/jour. S’ajoutent neuf fermes de reproduction et 421 poulaillers répartis sur 31 sites d’élevages (capacité instantanée de 11 à 12 millions de poulets). Denis Maystrenko, le vétérinaire en chef, explique que cette relative proximité n’est pas un problème, chaque site étant isolé par des barrières sanitaires avec du personnel dédié et un vétérinaire par site d’une quinzaine de bâtiments. Les poulets sont élevés à des densités variant en fonction du marché (16/m2 actuellement contre 21 il y a deux ans) et pouvant aller jusqu’à 28/m2 moyennant des desserrages (au-delà de 19/m2). Le groupe exploite environ 20 000 ha de terres, mais n’est déjà plus autosuffisant en céréales, en majorité achetées pour être mélangées dans ses deux usines d’aliment.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Apprécier le niveau de souffrance et la capacité à recouvrer assez vite un état quasi normal.
Comment décider de la mise à mort des volailles
L’Itavi et le monde vétérinaire, représenté par la SNGTV, ont édité un arbre décisionnel, qui permet à l’éleveur confronté à un…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)