Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vingt et un jours de protection fongicide avérés

L'IFV de Nîmes a testé les différents fongicides proposant trois semaines de rémanence afin de vérifier leur bonne tenue. Les 21 jours de protection sont possibles, mais sous certaines conditions.

Les produits 
à 21 jours 
ne relèvent plus 
du mythe.
Les produits
à 21 jours
ne relèvent plus
du mythe.
© J.-C. Gutner

Depuis peu, les firmes phytosanitaires proposent des produits anti-fongiques avec une promesse alléchante : celle d'une protection étendue à 21 jours. Bernard Molot, technicien à l'IFV, a testé cinq de ces formulations au lycée viticole de Nîmes-Rodilhan (Gard) lors des quatre dernières campagnes. Il a présenté ses résultats lors des entretiens Vigne et Vin à Narbonne, en février. Pour lui, une stratégie à 21 jours est tout à fait envisageable. Lors de son étude, il a sélectionné plusieurs matières actives : le proquinazid et une association de fluopyram-trifloxystrobine contre l'oïdium ; des associations de cyazofamid-diphosphate, amétoctradine-métirame et fluopicolide-fosétyl-Al contre le mildiou. Les associations de quinoxyfen et myclobutanil, même si elles sont présentées avec une rémanence de trois semaines, n'ont pas été testées, étant déjà avéré que chacune des deux molécules seule ne présente pas de telle rémanence. Les formulations commerciales retenues étaient respectivement le Talendo de DuPont, Luna de Bayer, Mildicut de Belchim, Enervin de BASF et Profiler de Bayer.


Des traitements parfois plus efficace que les 14 jours


Ces produits ont été comparés à un témoin non traité et à un traitement classique à 14 jours. Sur oïdium, il en ressort que si le témoin non traité atteint une intensité sur grappe de 80 %, le proquinazid présente une intensité de 26 %, 20 % sur un traitement classique à 14 jours et seulement 1,6 % pour l'association de fluopyram et de trifloxystrobine. Sur mildiou, lorsque le témoin non traité affiche 70 % d'intensité sur grappe et un traitement classique (fosétyl-Al et folpel à 14 jours) 5 %, le cyazofamid-diphosphate atteint 6 %, l'amétoctradine-métirame 5 % et le fluopicolide/fosétyl-Al 25 %, ce qui reste tout de même intéressant. « Ces résultats sont très encourageants, analyse Bernard Molot, d'autant plus qu'ils ont été obtenus dans des conditions de très forte pression. La météo n'était pas favorable, et j'ai effectué une brumisation d'eau systématiquement toutes les nuits à partir du 17e jour, pour pousser les produits à bout. » Sur une stratégie de deux traitements à 21 jours, cela entraîne le gain d'un IFT sur la campagne, voire de deux dans le cas de lutte mixte.
Mais Bernard Molot met en garde, car il a réalisé ses essais dans des conditions de traitement optimales, en commençant la lutte très tôt, dès le stade 4-5 feuilles étalées et avec un pulvérisateur pneumatique à dos face par face. « Avec un traitement un rang sur quatre et à sept kilomètres par heure, le résultat n'est pas garanti ! », rappelle-t-il.

Attention aux phénomènes de résistance


Il met également en garde vis-à-vis des résistances. Suite à l'évolution des problèmes de résistance aux azanaphtalènes, il n'est plus envisageable d'utiliser le quinoxyfen et le proquinazid pour des stratégies à 21 jours. De plus, nous n'avons aucun recul sur la matière active la plus performante (trifloxystrobine), issue d'une nouvelle famille (SDAI). Pour ce qui est du mildiou, aucune résistance génétique n'a été observée sur les familles testées. La stratégie de lutte devra donc inclure seulement deux traitements à 21 jours, placés idéalement lors les phases sensibles (floraison-nouaison). Ces produits sont plus efficaces en préventif qu'en curatif. Le technicien conseille également de baser le raisonnement du renouvellement en fonction du mildiou. Le traitement devra être anticipé en cas de forte pression ou de pluies attendues à partir du 18e jour. Point important, cette stratégie est à éviter dans les parcelles présentant un risque de black-rot.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole