Aller au contenu principal
Font Size

VineRobot contrôle les paramètres qualitatifs et estime le rendement

Un robot qui se balade dans les vignes pour contrôler les paramètres qualitatifs de la vigne et estimer le rendement ? C’est l’ambition de la conception de VineRobot.

Christophe Millot, créateur de VineRobot : « ce premier prototype en conduite autonome est en constante évolution afin de s’assurer qu’il est capable de se mouvoir seul ».
Christophe Millot, créateur de VineRobot : « ce premier prototype en conduite autonome est en constante évolution afin de s’assurer qu’il est capable de se mouvoir seul ».
© X. Cresp

Un nouveau prototype de robot a fait son apparition dans les vignes : VineRobot conçu pour appréhender la qualité du raisin, contrôler les paramètres de croissances végétatives, de quantité, de qualité, de vigueur, de maturité,  et évaluer le stress hydrique. L’objectif de cet outil futuriste est de permettre aux producteurs de prendre les bonnes décisions, au bon moment, en produisant une cartographie exploitable par les viticulteurs. Muni d’un arsenal technologique, où les caméras infra rouge côtoient des capteurs multi-spectrals, VineRobot devrait être capable d’acquérir, de traiter et de restituer des données précises. VineRobot est le fruit d’un projet de recherche, doté de deux millions d’euros issus de fonds européens, qui réuni trois universités, cinq PME issues de quatre pays européens (France, Allemagne, Italie et Espagne) et… les Vignerons de Buzet qui confirment ainsi leur soif de s’impliquer dans les technologies d’avant-garde. « Nous avons réalisé sur notre terroir un gros travail de cartographie avec les drones pour avoir une connaissance plus précise des parcelles. Elle s’applique déjà dans l’amendement raisonné et adapté sur le cep de vigne. Aujourd’hui nous continuons à descendre vers une vision intra parcellaire plus fine, pour réduire les aléas entre culture de la vigne et élaboration du vin », précisent Carine Magot, et Sébastien Labails  responsables vignoble de la coopérative.

La mise au point de VineRobot devrait durer trois ans. Lors de sa première sortie en juillet dernier, six mois après le début du projet, l’objectif était de tester l’aptitude du robot sur des terrains variés et accidentés. Repéré par GPS, le robot est capable de se mouvoir seul. Pour Christophe Millot (WALL-YE), son créateur et partenaire du projet, « ce premier prototype en conduite autonome est en constante évolution afin de s’assurer qu’il est capable de se mouvoir seul ». Il est encore trop tôt pour évaluer les performances de Vinerobot, mais le projet laisse entrevoir qu’un jour prochain, le vigneron maîtrisera les paramètres de production de sa vigne en minimisant à l’extrême les aléas de la météo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole