Aller au contenu principal

ÉNERGIES
VIDÉO | La viticulture doit-elle aller vers l'agrivoltaïsme ?

Diversifier ses revenus tout en protégeant sa vigne des aléas climatiques, telle est l’idée séduisante de l’agrivoltaïsme en viticulture. Si ces installations diminuent les amplitudes thermiques et l’évaporation de la vigne, certains expriment aussi la crainte que cette nouvelle activité empiète sur les terres agricoles et viticoles et dégrade les paysages.

Dans ces Controverses organisées par Reussir et l’IFV (Institut français de la vigne et du vin) qui ont eu lieu au Vinitech à Bordeaux le 29 novembre 2022, Antoine Nogier, président de France Agrivoltaïsme fait face à Julien Rouger, viticulteur et membre du bureau de Jeunes Agriculteurs. Le syndicat a demandé un moratoire sur le sujet en septembre.

Que représentent les installations agrivoltaïques sur les vignes françaises ?

Antoine Nogier : Pour la viticulture, on est vraiment aux balbutiements de l'agrivoltaïsme en France puisqu'il y a moins d'une dizaine d'hectares qui sont équipés. Il y a beaucoup d'expérimentations avec des cépages différents, c'est important de le dire, avec une très grande variété de cépages qui sont aujourd'hui testés. D'autre part, nous avons connaissance de plusieurs dizaines de projets en développement ou en cours de déploiement dans l'année ou les deux années qui viennent, ce qui représenterait quelques centaines d'hectares.

 

Quels sont les avantages de l’agrivoltaïsme ?

Antoine Nogier : Le premier avantage, c'est la protection climatique de la vigne et c'est le fait de pouvoir disposer d'une forme de persienne ou d'ombrière qui va atténuer des impacts délétères du changement climatique, que ça soit le gel printanier ou alors les épisodes de canicule comme on a vécu cet été ou de sécheresse intense. Et le second avantage qui est évidemment très important, c'est le fait que l'électricité produite est rentable. Aussi, l'agriculteur va pouvoir bénéficier d'une double rente, celle de sa vigne protégée et puis celle de la rente liée à la vente de l'énergie. J'allais dire, il y a même un troisième dividende si je puis dire qui est important, qui est l'économie d'eau. C'est un sujet qui peut avoir, à l'échelle d'un bassin, un vrai intérêt pour l'intérêt général.

 

La production d’énergie condamne-t-elle à terme les terres agricoles ?

Julien Rouger : In fine, le danger pour nous, c'est de faire du photovoltaïque sur terre agricole qui ne soit pas réversible, parce qu'on nous dit souvent les installations sont réversibles, dans les faits c'est quand même peu crédible et peu probable. Ce que l’on craint, c'est que des surfaces de terres agricoles, qui servent à faire de l'alimentation ou des textiles ou autres, soient converties pour produire de l'énergie et qu'elles soient finalement artificialisées et qu'on ne puisse pas les retrouver pour la production, notamment alimentaire.

Antoine Nogier : Je partage cette préoccupation parce que c'est un vrai sujet. Si l'agrivoltaïsme est mal défini, c'est un vrai risque que ça puisse se faire au détriment de l'agriculture.

Julien Rouger : Nous avons demandé un moratoire sur l'agrivoltaïsme parce que nous avons senti que le débat partait dans tous les sens et qu'on nous agitait le sujet de l'agrivoltaïsme comme un chapeau dans lequel, finalement, on retrouvait à la fois de l'agrivoltaïsme, ce que l'on souhaite voir développer comme innovation, mais aussi du photovoltaïque au sol sur terre agricole, ce que l'on souhaite voir interdire. Au vu de la cristallisation des débats, on a dit stop, on se pose, on arrête, on demande un moratoire et on prend le temps de cadrer les choses.

Antoine Nogier : Là, ce que je ne partage pas c'est le fait qu'il faudrait ralentir parce qu'on est dans une urgence, à la fois une urgence climatique, une urgence énergétique, une urgence alimentaire, et c'est aujourd'hui que l'on doit faire des choix. On peut faire vite et bien si c'est régulé, encadré, accompagné et concerté.

Julien Rouger : Sur cette question du moratoire, ces derniers jours, on a fait un pas en avant en proposant un compromis : si le gouvernement et les politiques sont prêts à cadrer une définition stricte et claire de l'agrivoltaïsme et, dans le même temps, à interdire le photovoltaïque sur terre agricole qui artificialiserait ces terrains, nous sommes prêts à retirer notre moratoire.

 

Aller plus loin :

L’agrivoltaïsme, un avenir pour la vigne ?

Des pistes émergent pour lutter contre la sécheresse en viticulture

Des débuts prometteurs pour l’agrivoltaïsme en vigne

« L’agrivoltaïsme n’est pas un mal nécessaire, c’est une opportunité pour les agriculteurs », selon Antoine Nogier

Agrivoltaïsme : le Sénat propose un cadre stratégique, légal et budgétaire

Jeunes agriculteurs et la Confédération paysanne disent non au développement de l’agrivoltaïsme

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
La taille de la vigne se réalise à l’aide d’un sécateur.
Comment tailler la vigne ? Huit choses à savoir
Pour un bon rendement et une bonne qualité des grappes, il est indispensable de bien tailler sa vigne et à la bonne période.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole