Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Val de Loire
Une thèse sur les maladies du bois

A l’initiative de la société LVVD, un travail de trois ans est lancé sur les maladies du bois en partenariat avec l’école de Purpan.

Jérôme Pouzoulet, chercheur. "Nous utilisons des fragments de bois par PCR, ce qui permet de donner des résultats en 36 heures"
Jérôme Pouzoulet, chercheur. "Nous utilisons des fragments de bois par PCR, ce qui permet de donner des résultats en 36 heures"
© DR

Titulaire d'un Master en biotechnologies végétales, Jérôme Pouzoulet vient d'être recruté par Loire Viti Vini Distribution dans le cadre d'une thèse afin de plancher sur le problème n°1 de la viticulture : les maladies du bois. La filiale du groupe coopératif Terrena, spécialisée dans la distribution de produits viticoles et œnologiques, et le conseil, a monté un partenariat avec l'école d'ingénieurs de Toulouse Purpan.

Implication de Terrena

" Nous apportons notre pierre à l'édifice sur cet énorme problème. Nous pensons qu'il est utile de mener des projets où se mêlent la recherche publique et le travail sur le terrain initié par des entreprises privées", souligne Denis Suire, directeur commercial de LVVD. Le budget de quelque 200 000 € sera financé par la société à hauteur de 15 %, une fois qu'elle aura récupéré le crédit d'impôt sur la recherche. L'entreprise s'est également appuyée sur un financement de l'ANRT (Agence nationale de recherche et de technologie).
Le programme repose sur trois axes : développer un outil de diagnostic fiable et rapide des champignons responsables des maladies, comprendre le développement des champignons dans la plante, et tenter de développer des moyens de lutte. Pour l'heure, cinq champignons différents ont été identifiés.
"Sur le premier aspect, nous allons analyser les fragments de bois par PCR (polymeral chain reaction) qui permet de donner des résultats en 36 heures. Auparavant, il fallait travailler à partir d'un milieu de culture et attendre le développement du champignon. On va donc gagner beaucoup de temps", souligne Jérôme Pouzoulet. L'outil pourrait permettre par exemple de sélectionner les greffons sains dans les pépinières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La boarmie et une chenille arpenteuse qui se confond avec le bois ou les vrilles. © IFV Alsace
La boarmie, mange-bourgeon de la vigne
La boarmie est un mange-bourgeons qui peut attaquer la vigne du stade gonflement des bourgeons jusqu’au stade une feuille étalée…
Première réunion de famille réussie pour les vignobles volcaniques
Jeudi 30 janvier 2020 avait lieu la première édition de Vinora, le salon international des vins volcaniques. Une trentaine de…
Wine Paris et Vinexpo Paris estiment avoir tenu leur « Paris »
Avec 29 280 visiteurs sur trois jours, dont 1/3 d’internationaux, Wine Paris et Vinexpo Paris estiment atteindre leur objectif,…
Les drones en viticultures sont principalement utilisés pour réaliser des cartographies montrant l'indice de végétation NDVI des parcelles. © BIVB
Zoom sur les capteurs de végétation
La viticulture de précision est rendue possible par le développement des capteurs. Voici un point sur leur mode de fonctionnement…
Variété résistante : son nom est UD-31.125
La France bute toujours sur le nom des variétés résistantes faisant référence à un cépage connu, surtout lorsqu’il est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole