Aller au contenu principal

vallée du rhône
Une solution pour les créanciers de Raphaël Michel ?

L'affaire Raphaël Michel pourrait bien être en passe de se conclure.
© E. Brugvin

Mise en examen avec son dirigeant, la société Raphaël Michel laisse une ardoise de 23 M€, dont 5 M€ de dettes auprès de la production, notamment auprès de 15 caves. Pour les viticulteurs et leurs coopératives, le salut pourrait venir de Labruyère. Le groupe mâconnais fait une offre aux apporteurs de la société Dolia, une filiale du vraqueur de la vallée du Rhône qui collectait et transformait la vendange. Les producteurs créanciers ont reçu un courrier « de proposition d’apurement du passif fournisseur […] dans le cadre juridique d’un plan de redressement de la société ». Labruyère développement et industrie leur offre trois options. Tout d’abord un apurement progressif de la dette sur 8 annuités (1, %, 1 %, 5, %, 8, %, 15, % 20 %, 25, %, 25 %), « avec 50 % de remboursement les deux dernières années ».

Un paiement dès la contractualisation

Une deuxième option s’adresse aux fournisseurs qui s’engagent à poursuivre leurs apports dans des quantités égales ou supérieures à celles de 2015 et 2016. Ces producteurs bénéficieront d’un paiement sur deux ans et demi de la totalité de leurs créances passées « avec paiement dès la contractualisation de nouvelles vendanges ». Le règlement des nouvelles récoltes fera l’objet d’un échéancier « au cas par cas » suivant « un engagement de volume d’affaires associé ». Enfin, la dernière solution consiste en un paiement de 20 % de la créance pour solde de tout compte « dès l’obtention du plan de redressement de Dolia ».

Mais si Labruyère souhaite reprendre les actifs de l’entreprise, elle ne veut pas comparaître pour les faits du prédécesseur, Guillaume Ryckwaert. L’entreprise de Mâcon négocie avec chaque créancier pour voir si un modèle économique est encore viable. Pour les 14 M€ de dettes auprès des banques, l’affaire semble bien engagée. Reste 1 M€ pour des fournisseurs divers et surtout la dette auprès de la production.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole