Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ils le font en Nouvelle-Zélande
Une levure indigène pour le sauvignon blanc

Avec la découverte d'une levure indigène productrice des arômes de fruit de la passion caractérisitiques du sauvignon blanc, la Nouvelle Zélande a fait un bond en avant dans sa quête de typicité pour ses vins de sauvignon blanc selon le professeur Goddard.
Avec la découverte d'une levure indigène productrice des arômes de fruit de la passion caractérisitiques du sauvignon blanc, la Nouvelle Zélande a fait un bond en avant dans sa quête de typicité pour ses vins de sauvignon blanc selon le professeur Goddard.
© P. Cronenberger
Une découverte néo-zélandaise risque de bouleverser l'industrie viticole du pays. Les chercheurs de l'Université d'Auckland ont en effet mis la main sur une levure indigène favorisant la synthèse d'arômes typiques du sauvignon blanc néo-zélandais de « fruit de la passion » et de « groseille à maquereau ». Selon le professeur Matthew Goddard, à la tête de ces recherches, cette découverte « permet de booster naturellement les arômes du sauvignon sans utiliser des levures OGM et donc, tout en collant à l'image écologique du pays ». Le critique John Hawkesby émet quant à lui des réserves : « ajouter ces levures serait comme rajouter du sucre dans le coca-cola, cela pourrait desservir les vins néo-zélandais en favorisant leurs ressemblances, en gommant leurs différences ».

Brevetée mais cantonnée au laboratoire

Cette fameuse levure, Pichia kluyveri, a été découverte il y a trois ans dans un moût de chardonnay du domaine Kumeu River. Dans le cadre du projet national de recherche pour la typicité du sauvignon blanc néo-zélandais elle a été isolée et multipliée. Des essais ont permis de montrer ses performances en terme de synthèse aromatique et lui ont valu d'être brevetée. D'autres essais sont reconduits. Son rendement en alcool serait assez faible et nécessiterait de l'associer avec une levure de type Saccharomyces cerevisae. Seul hic : les chercheurs travaillent encore au moyen de multiplier cette levure en quantité suffisante pour pouvoir la commercialiser.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Xylella fastidiosa: connaître l'essentiel
Les vignes européennes sont sous la menace de la maladie de Pierce, affection mortelle causée par la bactérie Xylella fastidiosa…
Vignette
Soufflet Vigne monte en puissance sur le conseil
L’ouverture d’un nouveau magasin à Vinzelles, dans le Mâconnais, sonne le coup d’envoi de la mise en place de la nouvelle…
Vignette
Des vins sur mesure grâce à la prestation
Sous-traiter l’élaboration des effervescents est la norme lorsque les volumes envisagés ne justifient pas un investissement. Au…
Vignette
Un combiné écimeuse-gyrobroyeur
Mathieu Sarette, vigneron à Saint-Paulet-de-Caisson dans le Gard, a monté son écimeuse sur son gyrobroyeur, le tout en poste…
Vignette
À Bandol, la fête du millésime est compromise
La 38e édition de la fête du millésime, qui a lieu à Bandol chaque premier dimanche de décembre, est en sursis. A l’…
Vignette
Relever le défi de la bulle, l'exemple du domaine de la Réméjeanne
Faire de la bulle. C’est une idée qui trottait depuis longtemps dans la tête d’Olivier Klein, vigneron au domaine de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole