Aller au contenu principal

Une coop propose la prestation de service en vinification

En Gironde, la cave de Sauveterre–Blasimon propose à ses adhérents la mise à disposition de leur vin, un service qui cherche à séduire pour recruter de nouveaux adhérents

La cave de Sauveterre-Blasimon propose de mettre à disposition les vins qu’elle vinifie à ses adhérents. Cette reprise peut se faire sous un nom de marque de la cave ou sous un nom de château.
La cave de Sauveterre-Blasimon propose de mettre à disposition les vins qu’elle vinifie à ses adhérents. Cette reprise peut se faire sous un nom de marque de la cave ou sous un nom de château.
© DR

Imaginons un viticulteur en chai particulier qui vinifie son vin rouge et le vend sous son nom de château, tout en livrant ses raisins blancs à la coopérative. Avec la nouvelle mesure proposée, ce même viticulteur peut désormais élargir sa gamme en retirant tout ou partie de ses cuvées de vin blanc ou de crémant. “ Cette mesure n’est pas une prestation mais bien un service rendu à nos adhérents, précise Céline Wlostowicer, présidente de la cave. Notre but n’est pas ici de faire de la marge ni de transformer nos coopérateurs en commerciaux. Et surtout, la stratégie commerciale de la cave reste basée à plus de 75 % par les débouchés assurés via le négoce. ” À travers ce service, la cave compte favoriser l’arrivée de nouveaux adhérents, notamment des viticulteurs indépendants qui peuvent ainsi conserver leur activité commerciale sur tout ou une partie de leur production.



Achat de la vendange au prix du marché


Dans les faits, la reprise des vins par les coopérateurs peut se faire sous un nom de marque de la cave ou sous un nom de château. L’achat se fait au prix du marché et des tarifs avantageux sont proposés pour la mise et les matières sèches. Autre point important : cette activité reste totalement séparée du système de versement d’acomptes lié à l’apport de raisin à la cave. Ce service existe depuis deux ans et concerne, à ce jour, une petite dizaine d’adhérents dont la production est vinifiée en intégralité par la cave avant reprise sous leurs noms de châteaux. La mesure peut aussi intéresser un vigneron coopérateur qui se lancerait dans un projet œnotouristique et pourrait ainsi vendre quelques bouteilles à ses futurs clients en visite sur son exploitation. Plus largement, cette mesure fait partie d’un panel de nouvelles dispositions destinées à encourager l’arrivée de nouveaux adhérents mais aussi à consolider des adhésions déjà existantes, voire à stimuler des installations. Et parmi les autres mesures phares, la cave propose la constitution de VCI (volumes complémentaires individuels) ou encore une facilité de trésorerie avec un règlement de récolte par avance sans intérêts pour les trois premières années après l’adhésion.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole