Aller au contenu principal

Un véhicule utilitaire qui ne coûte rien en énergie

Jocelyn Bertrand est à la recherche d’autonomie énergétique sur son exploitation. Il a opté pour un utilitaire électrique afin de réduire sa consommation d’énergie fossile mais il y trouve d’autres avantages qui le confortent dans l'idée que c'est un choix durable. Retour d’expérience.

Jocelyn Bertrand a parcouru 40 000 km en trois ans avec son véhicule électrique. Il en apprécie l’absence de bruit et d’odeur à l’utilisation, contrairement à son précédent modèle à moteur diesel. © J. Bertrand
Jocelyn Bertrand a parcouru 40 000 km en trois ans avec son véhicule électrique. Il en apprécie l’absence de bruit et d’odeur à l’utilisation, contrairement à son précédent modèle à moteur diesel.
© J. Bertrand

« Nous renouvelons tous les cinq à sept ans le véhicule utilitaire de l’exploitation, car nous estimons qu’il n’est pas rentable de faire vieillir une voiture malmenée par les trajets quotidiens dans les champs et les chemins, précise Jocelyn Bertrand, exploitant en agriculture biologique depuis 2008 à Saint-Omer (Calvados). Lorsqu’en 2017 l’heure est venue de remplacer notre Peugeot Bipper à moteur diesel, le choix d’un modèle électrique allait de pair avec notre volonté d’être autonome en énergie et l’installation deux ans plus tôt d’une éolienne. Comme l’électricité non utilisée est injectée dans le réseau sans rétribution de la part d’EDF, nous avons tout intérêt à valoriser le surplus pour recharger les batteries de notre utilitaire. » Ainsi, ce véhicule ne coûte rien en énergie. Lors du choix du modèle, l’agriculteur a rapidement écarté le Renault Kangoo, à cause de la location de sa batterie de l’ordre de 75 euros par mois, à l’époque. Étant déjà client Peugeot, le Partner lui est apparu intéressant économiquement puisque la batterie est vendue et non louée. Elle bénéficie en plus d’une garantie de huit ans ou 100 000 km.

Un utilitaire pour 160 euros par mois

L'énergie produite la nuit par l'éolienne sert notamment à recharger le Peugeot Partner électrique. © J. Bertrand

L’achat du Partner électrique a représenté un investissement de 13 500 euros amorti sur sept ans. Par conséquent, cet utilitaire revient à 160 euros par mois. À ce montant, il ne reste qu’à ajouter le remplacement des pneus et des essuie-glaces, ainsi que l’éventuel contrôle technique. Il n’y a en effet pas de vidange à faire, ni de contrôle antipollution. « Nous économisons également 750 euros de gazole par an par rapport au Bipper, souligne Jocelyn Bertrand. La circulation sans bruit et sans passer de vitesse est un atout de l’électrique. Nous apprécions aussi de ne plus subir les mauvaises odeurs dégagées par le précédent utilitaire diesel, surtout lorsqu’il tournait dans les bâtiments. » Le principal défaut de ce véhicule est l’autonomie limitée. Si elle est annoncée par le constructeur à 170 km, l’exploitant parcourt en réalité au maximum 123 km avec les batteries rechargées au maximum. Il constate également que la consommation électrique augmente de 30 % lorsque le Peugeot circule avec des marchandises, réduisant d’autant l’autonomie, ce qui le rend peu compatible pour la traction d’une remorque.

Lire aussi " Produire sa propre énergie, c’est possible "

Concernant la charge, les batteries présentent l’avantage de se recharger n’importe où avec une prise 220 volts classique et il faut environ une nuit pour les remplir complètement. « Ce véhicule a aussi la faculté de recharger ses batteries en descente, ce qui permet dans notre région vallonnée de gagner quelques kilomètres d’autonomie ». Dans les champs, le Peugeot patine vite dès que le sol est gras, mais heureusement l’antipatinage actionné par un bouton au tableau de bord améliore nettement le comportement. « Nous l’avons équipé de pneus à gros crampons, afin qu’il se tire mieux en conditions humides. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le réglage de la profondeur de travail et le centrage sont déterminants pour optimiser le désherbage mécanique. © IFV
Les clés pour réussir le désherbage mécanique en vigne
Adopter le désherbage mécanique du cavaillon est beaucoup plus qu’une simple substitution de technique. Il s’agit d’élaborer une…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole