Aller au contenu principal

Un tracteur autonome viticole

À l’occasion du World Ag Expo 2018, New Holland a présenté le T4.110 F NHDrive, une version de tracteur spécialisé autonome.

À l’occasion du World Ag Expo 2018, salon agricole en plein air à Tulare en Californie, New Holland a dévoilé une nouvelle déclinaison de son tracteur autonome NHDrive. Cette fois-ci, il s’agit d’un tracteur spécialisé T4.110 F, qui devrait être testé sur le domaine E. & J. Gallo Winery (Modesto, Californie). Le concept de tracteur autonome avait déjà été présenté sur des tracteurs de grandes cultures New Holland en août 2016 à l’occasion du Farm Progress Show (Iowa, États-Unis) et en Europe au Sima à Paris en février 2017.

Le T4.110 F NHDrive y exercera toutes sortes de travaux liés à la vigne. Il intégrera toutes les technologies d’automatisation commercialisées par New Holland, comme le demi-tour automatique en bout de rang IntelliTurn (piloté par GPS) et testera toute une batterie d’autres capteurs. Dans une contrainte d’intégration dans le gabarit du tracteur, ces derniers auront pour vocation de percevoir l’environnement autour du tracteur, et notamment les personnes qui gravitent dans la parcelle, pour offrir la solution la plus sécuritaire et la plus autonome possible.

Des équipements de sécurité pour remplacer la vigilence humaine

À terme, deux types d’utilisations sont envisagés : une autonomie supervisée, avec un opérateur (y compris au volant d’une autre machine) dans la même parcelle que le tracteur autonome, ou une autonomie totale, le tracteur assurant l’intégralité de la tâche et s’arrêtant une fois celle-ci réalisée, en attendant qu’un opérateur conduise l’engin dans une autre parcelle ou le ramène au hangar. Dans ce dernier contexte, il est impératif d’avoir une batterie de capteurs de sécurité. Radar, lidar (télédétection par laser), caméras 2D et 3D, détecteurs de métaux figurent parmi ceux à tester pour sécuriser le tracteur, les outils attelés, mais aussi les cultures et les personnes qui pourraient graviter autour. En cas d’alerte, le tracteur s’arrête, envoie un message sur l’interface graphique (ordinateur, tablette, smartphone) du viticulteur, qui indiquera la marche à suivre, soit en s’aidant des capteurs embarqués (caméras notamment) soit en se rendant sur place.

Le tracteur pourrait cependant faire état d’un minimum d’initiative en reprenant le travail, une fois le danger (opérateur, autre machine circulant dans la parcelle) écarté.

Un drone pour gérer la qualité du travail

Autre point à considérer : la qualité du travail effectué. Si le tracteur autonome permet de se passer d’un conducteur, il doit aussi pouvoir surveiller le travail effectué. C’est pourquoi d’autres capteurs sont également à tester : les premières innovations sur ce sujet (en travail du sol), commencent à être dévoilées outre-Atlantique. Président de la marque Case IH (même groupe que New Holland), Andreas Klauser prévoit notamment de connecter au tracteur un drone qui analyserait le travail à effectuer en amont du tracteur. Convaincu et optimiste, il envisage la sortie commerciale des premiers tracteurs autonomes aux États-Unis d’ici trois ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole