Aller au contenu principal

Un outil de diagnostic agro-écologique décevant

En octobre, le ministère de l’Agriculture lançait, à grand renfort de communication, un outil web d’auto-diagnostic agro-écologique. Nous l’avons testé. S’il s’avère intéressant pour débuter une démarche plus durable, ses limites sont vite atteintes.

L'outil de diagnostic du ministère est facile à utiliser mais pèche par un manque de précision.
© Ministère de l'Agriculture

Évaluer son exploitation dans la démarche d’agro-écologie et trouver des pistes de progrès. Telle est la promesse de l’outil de diagnostic du ministère de l’Agriculture, lancé fin 2015. En pratique, force est de constater qu’il ne donne que de très grandes orientations. Mis en ligne courant 2015, l’outil est accessible à tous les agriculteurs depuis une plateforme internet gratuite, et utilisable après une simple inscription. Point positif, la prise en main est facile : le site est ergonomique, plutôt intuitif et la création du compte se fait sans peine, en renseignant quelques informations basiques sur son exploitation (type de culture, superficie…). Le diagnostic en lui-même est une suite de petits questionnaires (29 au total) divisés en trois modules : pratiques, performances et démarches.

L’outil est développé pour toutes les filières agricoles confondues

Le remplissage de tous les paramètres demande deux heures environ, et nécessite parfois de se replonger dans ses dossiers (pour donner son EBE, par exemple). Le site calcule ensuite automatiquement le degré d’implication dans l’agro-écologie, avec un code couleur permettant de visualiser les points forts et points faibles. Malheureusement, l’évaluation se montre, dans bien des cas, peu pertinente, car développée pour l’ensemble les filières agricoles confondues, et donc pas forcément adaptée au contexte de la viticulture. Dans d’autres cas, elle ne porte que sur une seule question, lui conférant une vision très manichéenne. Par exemple, le seul fait d’avoir un cépage résistant au stress hydrique suffit à donner une bonne note au poste « économie des ressources en eau ». Peu importe que vous utilisiez des milliers de mètres cubes pour laver votre tracteur, ou que vous ayez des compteurs pour surveiller vos consommations ! Au final, l’outil enfonce parfois des portes ouvertes et les indicateurs manquent de puissance car le diagnostic n’est pas assez poussé. Il émet un avis que l’on soupçonne avant même de commencer. Par ailleurs, la lecture des pistes de progrès est peu compréhensible. Cet outil a toutefois le mérite d’exister, et peut être une porte d’entrée pour ceux qui sont étrangers au concept d’agro-écologie mais souhaitent commencer à s’y intéresser.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !
Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole