Aller au contenu principal

Réglementation
Un nouvel arrêté au 1er janvier 2014 concernant le risque flavescence pour les plants

La notion de risque lié à l’intensité de la présence de la flavescence dans les 500 mètres autour de la parcelle de vigne mère est cruciale, notamment pour les pépiniéristes.
La notion de risque lié à l’intensité de la présence de la flavescence dans les 500 mètres autour de la parcelle de vigne mère est cruciale, notamment pour les pépiniéristes.
© J.-C. Gutner

“ Le projet d’arrêté adopté par FranceAgriMer, qui devrait s’appliquer au 1er janvier 2014, introduit une nouvelle notion, celle de l’évaluation du risque de contamination du matériel de multiplication. C’est ce risque qui déterminera l’usage ou non du traitement à l’eau chaude ”, explique Jacques Grosman, expert national vigne à la DGAL. Désormais, sera donc analysé le risque lié à l’intensité de la présence de la flavescence dans les 500 mètres autour de la parcelle de vigne mère, y compris, si un arrêté départemental l’exige, à l’extérieur des périmètres de lutte. Cette notion de risque est cruciale, notamment pour les pépiniéristes. En effet, le premier projet d’arrêté prévoyait un traitement systématique des plants à l’eau chaude. “ Ce futur arrêté est le fruit de la concertation. Ce facteur d’analyse de risque est important car il permettra d’associer toute la filière concernant la décision d’avoir recours aux traitements à l’eau chaude ”, se satisfait David Amblevert, président de la Fédération française de la pépinière viticole.


Vers un cahier des charges plantation


Celui-ci ne manque pas de rappeler que les pépiniéristes souhaiteraient que soit revu le couple durée/température obligatoire (soit 50 °C pendant 45 minutes). D’après de récentes expérimentations menées par l’IFV, ce traitement peut être dommageable pour la qualité des plants. “ Si certaines précautions ne sont pas prises, le traitement à l’eau chaude hypothèque la reprise des plants ”, rappelle David Amblevert. “ Il faut avoir de bonnes pratiques de plantation ”, assure, quant à lui, Jacques Grosman. Des progrès seraient-ils possibles sur ce dernier point ? Un groupe de travail doit réunir les vignerons et les pépiniéristes pour établir un cahier des charges des bonnes pratiques de plantation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
[TAILLE DE LA VIGNE] "Changer de mode de taille lors de la conversion bio nous a permis de stabiliser les rendements"
Julien Cuisset, vigneron au Château Grinou, en Dordogne, est passé à la non-taille palissée afin de ne pas amputer ses rendements.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole