Aller au contenu principal

Un laboratoire itinérant en pays de la Loire

Depuis quatre ans, la coordination agrobiologique des pays de la Loire propose une prestation de laboratoire œnologique itinérant. Lumière sur cette démarche collective et novatrice.

C’est en 2012 que le laboratoire œnologique itinérant a vu le jour. À travers ce dispositif, Nathalie Dallemagne, conseillère technique à la coordination agrobiologique (CAB) des pays de la Loire, assure un suivi technique auprès des vignerons bios, biodynamistes ou en conversion. « C’est assez proche du rôle d’un œnologue conseil, mis à part que je réalise des analyses sur place et que nous échangeons en groupe », commente-t-elle. Et justement, la particularité du dispositif repose avant tout sur son fonctionnement collectif. De septembre à décembre, Nathalie Dallemagne se déplace une fois par semaine dans chaque secteur. Là, elle propose un rendez-vous dans un chai pour y analyser les vins du domaine mais aussi ceux des voisins. « Cela permet aux vignerons de prendre du recul et de sortir de leur cave. Ils peuvent parler de leurs difficultés, échanger des idées et du matériel », explique-t-elle. En moyenne, chacun doit compter entre une demi-heure et une heure pour ses analyses.

« Nous sommes là pour accompagner le collectif »

Aidée d’un microscope, la conseillère propose un suivi en temps réel des populations de micro-organismes. « Cela permet d’assister les vignerons qui travaillent en flore indigène. Grâce à ce suivi, nous sommes davantage dans l’accompagnement et dans l’action par anticipation que dans la réaction urgente », souligne-t-elle. Mais elle mesure aussi le pH, afin d’estimer notamment le risque de développement bactérien avant malo, l’oxygène dissous, le potentiel d’oxydoréduction et la conductivité. Si elle ne dispense pas des services d’un laboratoire classique, la démarche permet tout de même aux vignerons d’échanger sur leurs pratiques. « Il faut voir l’analyse comme une photographie à l’instant t, mais c’est la dynamique des mesures qui donne des informations interprétables, associées aux observations des vignerons. Nous sommes là pour accompagner le collectif », conclut Nathalie Dallemagne.

repères

Le laboratoire itinérant suit une trentaine de domaines, répartis sur quatre secteurs : le Muscadet/Vendée, les Coteaux d’Ancenis, l’Anjou et le Saumurois.

Le coût comprend les frais d’adhésion à la CAB (200 €/an) et le tarif du suivi (100 €/an). Il est multiplié par deux pour les vignerons non adhérents au GAB (Groupement d’agriculture biologique) départemental.

Témoignage

« Un suivi régulier pour plus de réactivité »

« Adhérer au laboratoire itinérant nous permet d’avoir un suivi microbiologique régulier pour plus de réactivité. C’est aussi l’occasion d’échanger quand on est face à un problème auxquels certains ont déjà été confrontés. En ce sens-là aussi, cela nous aide à être plus réactifs. Le seul problème concerne le temps. Le lieu de rendez-vous change et il arrive qu’il soit à une demi-heure du domaine, ce qui est parfois compliqué à gérer au moment des vendanges. »

(((RÉGNIER)))

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le fort pouvoir mellifère de la phacélie est un précieux allié dans les cultures. © Jouffray-Drillaud
La phacélie, une plante alliée du vignoble
La phacélie est une plante utilisée dans certains mélanges d’engrais verts viticoles pour son très fort pouvoir mellifère et sa…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole