Aller au contenu principal
Font Size

OCM
Trouver les raisons de l'arrachage

Fallait-il arracher en Europe 400 000 ha ? Au vu du « succés » rencontré par le dispositif européen, la question se pose. Mais la crise peut-elle expliquer à elle seule le niveau des demandes d’arrachage ?

L'association générale de la prodcution viticole estime qu'il est impératif de satisfaire dès cette année la totlaité des demandes d'arrachage.
L'association générale de la prodcution viticole estime qu'il est impératif de satisfaire dès cette année la totlaité des demandes d'arrachage.
© J.-C. Gutner

Force est de constater : il n'y en aura pas pour tout le monde. Certains en viennent même à se demander si Marianne Fisher-Boel, commissaire européen à l'agriculture, n'avait pas eu raison en formulant ses premières propositions concernant la réforme de l'OCM et qui prévoyaient, entre autres, un arrachage massif de 400 000 hectares dans tout le vignoble européen. Histoire, selon les théories en présence, soit  d'en finir avec une surproduction structurelle soit de mettre en place un plan social efficace permettant selon la formule consacrée de « sortir dignement » du secteur viticole. Devant la levée de boucliers à l'époque qu'avait suscité son chiffrage initial, la commissaire avait revu à la baisse le nombre d'hectares arrachés et des 400 000 ha du départ qui auraient du être arrachés en cinq ans, on est passé à 175 000 ha en trois ans. Mais voilà que les demandes d'arrachage dans les différents états producteurs sont connues et celles-ci explosent littéralement le budget initialement alloué. Ces demandes s'élèvent à près de 160 000 ha pour cette seule campagne (22 654 ha en France, 91 000 ha en Espagne, 25 000 ha en Italie, 5700 au Portugal...).  Et toutes ne pourront être satisfaites. Il faut s'attendre à une réfaction de près de 45 % par état-membre du  nombre de demandes. «Nous arracherons un peu plus de 10 000 hectares, ce qui est déjà beaucoup. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose que nos arrachages soient limités en Languedoc-Roussillon. Il ne faut pas que l'arrachage devienne un moyen de gestion du potentiel » indique George-Pierre Malpel, directeur général de Viniflhor.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Selon les réglages, les brosses viennent plus ou moins lécher les pieds de vigne. © Boisselet
La brosse rotative intercep travaille en surface
Cet outil de travail du sol intercep permet un désherbage sous le rang tout en limitant les risques d’érosion.
Ecoceps
L'Ecocep revient sur le marché des interceps viticoles
Un an après la fermeture de CGC Agri, trois anciens salariés ont repris le brevet de l'Ecocep pour relancer cet outil de travail…
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
La reconnaissance de « vins naturels » par Paris serait-elle contraire au droit européen ?
Les autorités françaises ont-elles l’intention de contourner la réglementation européenne en créant une nouvelle dénomination…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
 © DR
Diag’Pulvé, un outil pour estimer la qualité d’application avec son smartphone
Pour mesurer rapidement la qualité de la pulvérisation, un projet de recherche appliquée dénommé Diag’Pulvé (1) vient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole