Aller au contenu principal
Font Size

Troubles du voisinage : prévenir plutôt que guérir

Témoignage de François Coutant, notaire à Saint-Emilion, sur le règlement des troubles de voisinage entre un particulier et un acteur professionnel.

Le fait qu’une parcelle de vigne conduite en bio soit vendue et désormais conduite en conventionnel par le nouvel acquéreur peut être considéré comme une aggravation de la nuisance.
Le fait qu’une parcelle de vigne conduite en bio soit vendue et désormais conduite en conventionnel par le nouvel acquéreur peut être considéré comme une aggravation de la nuisance.
© P. Cronenberger

« L’article L112-12 du Code de la construction et de l’habitation vise à régler les troubles de voisinage entre un particulier et un acteur professionnel. À l’origine, ce texte était hypothétiquement destiné au monde agricole, compte tenu du nombre croissant de résidences secondaires acquises par des urbains, en milieu rural. Il s’agit d’un texte d’équilibre qui constate l’antériorité de l’exploitation agricole et privilégie l’activité professionnelle. Il fixe des limites toutefois : l’agriculteur doit être en conformité avec les dispositions réglementaires ou législatives en vigueur et doit poursuivre son activité dans les mêmes conditions pour ne pas aggraver les nuisances. Un exemple : le fait qu’une parcelle de vigne conduite en bio soit vendue et désormais conduite en conventionnel par le nouvel acquéreur peut être considéré comme une aggravation de la nuisance. En cas de conflit, si l’agriculteur peut démontrer qu’il respecte la loi et qu’il a pris des mesures pour atténuer les nuisances, cela donnera de lui auprès du magistrat, une image positive.

Ce que démontre la jurisprudence. Mieux vaut donc prévenir que guérir. Par contre, là où l’agriculteur peut se sentir fragilisé, c’est sur la question de la prévention des risques. Car désormais, le juge intervient pour des troubles de voisinage anormaux pour un risque qui n’est ni subi, ni révélé mais éventuel. Et l’on peut ainsi être condamné alors qu’il n’y a pas eu de préjudice. C’est le cas par exemple avec les antennes de téléphonie mobile. Le juge a retenu l’existence d’une éventuelle exposition au risque. Autre jurisprudence : un propriétaire a été condamné parce qu’il stockait de la paille en limite de propriété pour un éventuel risque d’incendie. Cette question de la prévention du risque pourrait notamment se poser avec les produits phytosanitaires. Il ne faut sans doute pas s’en alarmer mais on peut s’en inquiéter. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole