Aller au contenu principal

Vins IG et sans IG
Trois questions à Jean-Luc Dairien

" Penser la segmentation dans un rapport gagnant/gagnant ", c'est ce qui permettra, selon Jean-Luc Dairien, directeur de l'Inao, de trouver un équilibre entre vins français avec IG, indication géographique, ou sans IG.

© Paysan du Midi

La gestion des autorisations de plantation va être au centre des débats du plan stratégique de la filière voulue par le ministre de l’Agriculture. Directeur général de l’Inao,
Jean-Luc Dairien insiste sur l’équilibre à trouver entre les IG et les vins sans IG.


Comment doit s’organiser la répartition des autorisations de planter entre les IG et les vins sans IG ?


À ce stade, la question ne se pose pas dans ce sens. Il faut d’abord mener une réflexion
stratégique et ensuite adapter les outils, à savoir les autorisations de planter. Que veut faire la filière ?
Elle s’approche de l’heure des choix et a six mois pour se décider, pour être prête au premier janvier 2016 car sinon ce sera l’application pure et simple du droit communautaire. Le sujet n’est pas de savoir qui fera quoi, même si certains veulent en faire une priorité de débat. Nous avons à notre disposition un outil de régulation, il faut étudier comment l’optimiser de façon efficace et transparente. Le dispositif doit être conçu pour qu’il serve à chaque maillon de la filière. Et s’il faut construire un nouveau marché avec les vins sans IG, cela doit être pensé dans un rapport gagnant/gagant, avec les IG.


Certains, comme Jérôme Despey, s’intéressent de près au marquage des autorisations de plantation cédées aux vins sans IG afin d’éviter que les nouvelles plantations ne viennent bousculer le marché des IG. Qu’en pensez-vous ?


C’est une technique qu’il faut expertiser, notamment sous l’angle juridique. Il existe d’autres outils comme les accords pluriannuels ou l’affectation parcellaire.


Qui doit prendre en charge la gouvernance des autorisations de plantation ?

 

Ce n’est pas un problème de répartition entre les structures administratives. L’Inao est en charge de la mise en œuvre de la politique publique des IG.
Les cahiers des charges ont d’abord une vocation économique puisqu’ils transcrivent des objectifs économiques en dispositifs techniques. Ne rentrons pas dans une dichotomie qui opposerait l’économie au suivi technique de la qualité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole