Aller au contenu principal

Transport du vin : six conseils pour bien choisir vos prestataires

Le transport des commandes doit faire l’objet de procédures rigoureuses, à commencer par le choix des transporteurs. Voici quelques conseils pour faire le tri.

L'expédition du vin est une opération cruciale, qu'il convient de confier à un transporteur de confiance.
L'expédition du vin est une opération cruciale, qu'il convient de confier à un transporteur de confiance.
© Réussir SA

Acheminer ses bouteilles de vin jusqu’à ses clients est une étape cruciale pour le vigneron. Car un client qui vit une mauvaise expérience de livraison est souvent un client perdu, même si la responsabilité du problème incombe au transporteur. Voici les recommandations de plusieurs experts du secteur pour bien choisir ses prestataires de transport.

1. Étudier les tarifs en fonction des services proposés

Très souvent, pour les vignerons, le premier critère de choix du transporteur est le tarif. Avec l’augmentation des prix du carburant, selon les destinations des commandes et les volumes expédiés, l’impact du transport peut passer de moins de 1 euro à 4 ou 5 euros par bouteille. « La part du transport dans le prix de la bouteille ne doit pas excéder 1 euro à 1,50 euro, pour des vins vendus à moins de 20 euros TTC, conseille Didier Jaquet, directeur du programme MSc Wine Management de la School of Wine & Spirits Business de BSB. Les frais de port ne doivent pas constituer un blocage pour les ventes. »

Les tarifs appliqués par les transporteurs varient fortement en fonction du service proposé : messagerie ou transport de palettes, délais de livraison, horaires, groupage-dégroupage, températures maîtrisées… Certains transporteurs proposeront des services « sur-mesure », adaptés à la typologie diversifiée des clients. Des services souvent les plus efficaces, mais aussi les plus chers.

Il est donc judicieux de mettre en regard les barèmes tarifaires de différents transporteurs avec ses propres besoins et la qualité du service, avant de choisir. « La messagerie est un service très flexible que l’on choisira pour des commandes inférieures à vingt ou trente caisses, ou pour des vins haut de gamme, illustre Didier Jaquet. Au-dessus, cela devient trop cher et on s’orientera vers un gros transporteur. »

2. Veiller à ce que le transporteur maîtrise la température

Le transporteur doit tenir compte de la sensibilité du vin aux variations de température, à la lumière, aux vibrations et chocs. Il doit idéalement proposer un transport en conteneurs climatisés ou camions frigorifiques, surtout en été et sur les longues distances.

3. Opter pour un transporteur qui respecte les délais

Le respect du délai de livraison est évidemment un point crucial. Pour Charles-Louis de Vogüé, directeur régional Champagne-Ardenne-Est chez Géodis Distribution & Express, la proximité du transporteur, à la fois vis-à-vis du vigneron et de ses clients, apporte une plus grande réactivité. « Mieux vaut choisir un transporteur avec un très bon maillage d’agences au niveau national, estime-t-il. Cela permet un passage plus fréquent des livreurs et des délais plus courts de livraison. »

Il est aussi conseillé d’opter pour un transporteur professionnel en capacité de gérer les pics d’activité des expéditions, tout en respectant des délais de livraison corrects.

4. Miser sur la flexibilité dans les options de livraison

Pouvoir choisir la date, l’horaire ou le lieu de livraison sont des options très appréciées des clients, particuliers comme professionnels. « Aujourd’hui, il n’est plus possible d’annoncer un créneau de livraison de 24 heures, indique Charles-Louis de Vogüé. Avec la digitalisation de nos services, nous sommes capables de notifier, la veille de la livraison, un rendez-vous de passage à la demi-journée. Nous resserrons le créneau à 3 heures le matin même. Et nous appelons le client 30 minutes avant l’arrivée du livreur. »

Marc Brissiaud, dirigeant de Mail Boxes Etc (MBE) en Champagne, constate également une demande croissante des livraisons en Points Relais. Choisir un transporteur qui propose cette option, pratique et souvent moins onéreuse, peut s’avérer utile si vous avez beaucoup de clients particuliers et une e-boutique.

5. Vérifier la qualité du service après-vente

L’objectif est que les colis arrivent à temps et en bon état. Pour cela, le suivi des livraisons doit être rigoureux. « Le transporteur doit pouvoir donner au client, en temps réel, la réalité du chemin de la livraison », avance Charles-Louis de Vogüé.

Si une commande est endommagée, perdue ou arrive avec un fort retard, il est important d’avoir choisi un prestataire réactif, disponible, assurant un service après-vente (SAV) de qualité. Ici encore, la proximité du transporteur prime. « C’est toujours un interlocuteur proche géographiquement qui assure le SAV téléphonique, explique Marc Brissiaud. C’est plus agréable et plus efficace que si le vigneron doit échanger avec une plateforme éloignée. »

La digitalisation des services pourra parfois être utile et rapide : prise de photos du dommage en direct et transfert au SAV, dépôt de formulaire de réclamation en ligne, etc.

6. Le transporteur doit bien connaître la réglementation

Les experts s’accordent à recommander de travailler avec un prestataire qui maîtrise parfaitement la réglementation du transport du vin. Ce point est d’autant plus important si vous expédiez à l’export. « Nous réalisons les formalités douanières pour nos clients car elles constituent parfois un vrai casse-tête, illustre Marc Brissiaud. Des formalités administratives incorrectes peuvent même bloquer une livraison. Cela demande une vraie expertise du prestataire. »

Refacturation : le franco est incontournable

« Pour la vente directe aux particuliers (B2C), travailler en franco de port est incontournable », considère Didier Jacquet, directeur de la Burgundy School of Business. Il conseille de réaliser une étude détaillée des coûts de transport, pour qu’ils impactent le moins possible la marge. Cette étude doit se baser sur un appel d’offres auprès de plusieurs transporteurs qui fourniront leurs barèmes tarifaires en fonction des volumes, destinations et prestations proposées.

Estimer un coût moyen de transport par bouteille

« Il faut estimer une moyenne du coût de transport à la bouteille, en pondérant en fonction des zones géographiques et attentes des clients les plus représentatifs et intégrer ce coût aux prix franco », explique l’expert. « Dans sa comptabilité, il est important de détailler ce qui est facturé aux clients et ce qui est dépensé, sur le poste transport, ajoute-t-il. Le calcul de la différence entre les deux permettra d’ajuster la part du transport dans les tarifs appliqués en B2C. »

Témoignage : Gaëlle Reynou-Gravier, vigneronne du Domaine de Perreau, à Saint-Michel-de-Montaigne en Dordogne

« Un service de livraison rigoureux se paie cher »

Gaëlle Reynou-Gravier, vigneronne du Domaine de Perreau, à Saint-Michel-de-Montaigne en Dordogne
Gaëlle Reynou-Gravier, vigneronne du Domaine de Perreau, à Saint-Michel-de-Montaigne en Dordogne
© Domaine de Perreau
 
« Le transport est une étape très complexe, car c’est le dernier maillon de la chaîne et cela peut avoir un impact fort sur notre travail commercial. Je sais que si je veux des livraisons rigoureuses, dans les temps et sans problème, je vais payer le service cher. Pour diminuer le coût dans ces cas-là, je prends moins d’options de livraison. Au-delà du tarif et du respect des délais, je choisis mes transporteurs en fonction des catégories de mes clients, des régions, mais aussi de la proximité et de la possibilité du transporteur pour venir récupérer les commandes. Nous nous organisons avec d’autres vignerons du secteur pour mutualiser nos livraisons à des clients locaux que nous avons en commun. Cela permet d’optimiser la logistique et les frais. J’aimerais aussi améliorer ma sélection d’emballages, pour alléger le poids, mon bilan carbone et les frais de transport. Je travaille déjà avec des bouteilles légères, mais je pourrais sans doute trouver des cartons moins lourds. »

 

Bien emballer les bouteilles pour limiter la casse

Le soin apporté à l’emballage des colis participe à limiter les problèmes de livraison. Un carton vertical est plus adapté, car le vin s’agite moins dans les bouteilles transportées la tête en haut. Une indication de mise en garde « ce côté est en haut » est alors utile. De bonnes alvéoles de protection doivent être présentes entre les bouteilles.

 

 
Disposer les bouteilles de manière verticale permet de limiter l'agitation du vin lors de son transport. © Réussir
Les spécialistes du transport et de l’emballage recommandent des cartons multicouches, avec des cartons de calage (Keyes) de qualité, parfaitement adaptés aux plans verriers de la gamme. Certaines entreprises de livraison proposent aussi à l’achat des cartons de suremballage spécifiques pour les bouteilles de vin.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
L'Agile d'Alpego propose un recentrage automatique, qui permet de travailler au plus près du rang.
Les 7 vidéos à ne pas rater en 2022
Si vous êtes passés à côté, c'est le moment d'y remédier ! Retour sur les vidéos les plus visionnées sur notre site cette année.
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole