Aller au contenu principal

languedoc-roussillon
Terres du midi, future IGP socle régionale ?

René Moréno, président de l'IGP Hérault, défend la création de l'IGP terres du midi.
© R. Moréno

La proposition de la section IGP du CIVL (interprofession des vins du Languedoc), de créer une IGP réunissant les vins de département de l’Aude, de l’Hérault et du Gard, baptisée terres du midi, suscite les débats. René Moréno président de cette section et de l’IGP Héraut défend bec et ongles l’initiative. « Face à l’essoufflement des IGP de département, cette proposition répond à la nécessité de créer, en Languedoc-Roussillon, une stratégie commerciale autour d’une IGP socle régionale de vins d’assemblage, complémentaire de l’IGP vins de pays d’oc », argue-t-il. À terme, l’IGP terres du midi aurait pour objectif de garantir un sourcing suffisant, visant à contrer la menace que représente la concurrence espagnole, voire à gagner de nouvelles parts de marché sur ce segment. « Il ne faut surtout pas perdre ce 1,3 million d’hectolitres au profit des vins espagnols. N’oublions pas que la plupart des exploitations languedociennes en produisent », alerte René Moréno. Au contraire, l’objectif vise à revaloriser ces volumes en lien avec le négoce qui, assure-t-il, « soutient ce projet de création d’une IGP socle régionale. » De son côté, Boris Calmette président des Vignerons coopérateurs approuve et va même plus loin. « Pour être cohérents jusqu’au bout, dit-il, il est primordial de simplifier l’organisation actuelle et regrouper l’ensemble des ODG en charge des IGP autour de l’ODG pays d’oc, en une seule ODG régionale. » Une proposition ayant reçu un accueil pour le moins mitigé du côté des pays d’oc.

La vigilance est de mise

De son côté, Jacques Gravegeal, président de l’ODG pays d’oc, attend la fin de sa tournée terrain, le 11 avril prochain, pour se positionner sur le sujet. D’ici là, l’assemblée générale constitutive de l’IGP terres du midi, programmée le 8 avril, aura eu lieu. « Je sens une grande fragilité économique du marché qui nous oblige à être prudents, prévient-il. Il n’est absolument pas envisageable que l’on prenne le risque de détruire un outil commercial que nous avons mis 28 ans à construire et à consolider. » Le risque serait de voir tirer le marché des IGP oc vers le bas. Un marché situé en moyenne à 93 euros l’hecto, quand les vins IGP département fluctuent entre 78 et 81 euros par hectolitre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
La société S.Delafont Barrels commercialise des fûts inox de 320 l à 1650€ HT. Il est possible de financer pour partie l'achat de ces contenants via la subvention "innovation" de FranceAgriMer © J. Gravé
Les fûts se mettent à l'inox
La société gardoise S. Delafont Barrels conçoit et commercialise des fûts de 320 litres en acier inoxydable. Favorisant la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole