Aller au contenu principal

Syrah Séduction, un film dont le vin est le héros

Le court-métrage Syrah Séduction, lauréat 2019 de l’appel à projets de Vin & Société sur le thème La génération Y et le vin, raconte le partage et la transmission de la passion du vin d’un père à sa fille Anaïs, 25 ans. Reportage sur le tournage à la rencontre des réalisateurs.

Paris 15e arrondissement. Devant les rayons d’un caviste, Édouard Azoulay, le coréalisateur du court-métrage Syrah Séduction, vérifie si les mouvements de la caméra rendent bien ceux du regard d’Anaïs, la comédienne qui joue une scène d’un achat de vin pour un apéro-dinatoire. L’autre réalisateur, c’est Antoine Sfeir. Tous deux sont également coproducteurs du film. Âgés de 25 ans, ils se connaissent depuis le lycée. Le premier a fait des études de cinéma, le second dans le vin. « Quand j’ai reçu l’appel à projets, explique Édouard Azoulay, ça m’a semblé évident de proposer à Antoine de travailler ensemble. » Leur projet a été l’un des deux scénarios sélectionnés en février 2019 parmi 25 dossiers reçus par Vin & Société pour son appel à projets. Chaque lauréat a reçu 5 000 € pour la réalisation du film. « Le premier critère de sélection a été la structure et la qualité d’écriture du scénario. La capacité à maîtriser le budget alloué dans le temps très court a aussi été prise en compte. L’enthousiasme d’Édouard et d’Antoine et leur complémentarité d’expérience ont aussi compté », explique-t-on chez Vin & Société.

En route pour le festival Oenovideo

Syrah Séduction parle du partage autour du vin en famille et entre amis. Il comprend six séquences dont une scène de déjeuner dominical en famille. « C’est comme ça que j’ai fait mes premiers pas dans le monde du vin, explique Édouard Azoulay. Mon père sortait ses bonnes bouteilles et nous en parlait alors que nous y prêtions plus ou moins attention. Ici la connaissance du vin est une charnière de maturité, une forme de passage à l’âge adulte. » Trois personnages représentent la génération Y dans le film. Anaïs, son petit ami Jérémy et Thomas, son jeune frère. « Même si on joue un peu sur les clichés et que le temps d’un court-métrage est très contraint, on a cherché à développer de beaux personnages, poursuit Édouard Azoulay. Ainsi Anaïs qui est très ouverte aux autres, et depuis peu aux conseils avisés de son père sur le vin, représente les bons côtés de la génération Y pour qui le téléphone et internet ne sont pas un enfermement. Jérémy est de ceux qui partagent beaucoup de très belles bouteilles sur instagram sans pour autant les déguster vraiment avec le plaisir du partage. Thomas quant à lui est encore trop jeune pour entendre la passion de son père. »

Pour pouvoir se concentrer uniquement sur la partie artistique du film, Édouard Azoulay a sollicité l’association des jeunes cinéastes indépendants (ADJCI). Ce réseau d’entre-aide dont il fait partie, a assuré la production du film grâce à ses membres qui apportent bénévolement leurs différents savoir-faire. Après une première projection à la Cité du vin à Bordeaux, Syrah Séduction entrera directement dans la sélection des films en compétition pour le festival international Œnovidéo, aux côtés de l’autre lauréat, un documentaire de 20 minutes intitulé La vie sous le bouchon de Serena Porcher-Carli et Vincent Zanetto.

" Ici, la connaissance du vin est une forme de passage à l’âge adulte"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole