Aller au contenu principal

Stabiliser le vin grâce aux UV-C

Les rayons UV-C pourraient arriver dans les chais d’ici quelques années. Utilisée pour stabiliser les vins d’un point de vue microbiologique, cette nouvelle technologie présente de nombreux avantages.

Au sein du disposif, le vin circule dans un tube enroulé autour des lampes, pour un contact optimal et des doses d'UV-C réduites.
© ISVV

« Il s’agit d’un procédé de stabilisation innovant, à faible coût », annonce d’emblée Rémy Ghidossi, chercheur à l’ISVV (Institut des sciences de la vigne et du vin) de Bordeaux. Il faut dire que les arguments en faveur des UV-C sont nombreux. « L’équipement se présente comme une simple halogène, sa compacité est très intéressante », souligne le chercheur. Au niveau énergétique, la méthode s’avère beaucoup moins gourmande que la flash pasteurisation ou les champs électroniques pulsés. « Cinq lampes de 40 watts suffisent à traiter 10 hectolitres de vin par heure. En comparaison, il faudrait au moins 10 kilowatts supplémentaires en flash pasteurisation », commente Rémy Ghidossi. Autre avantage de taille, la technologie employée est relativement simple, l’équipement devrait donc être peu coûteux, aux dires des chercheurs. Il s’agit simplement d’exposer le vin à des rayonnements UV à courte longueur d’onde (254 nanomètres). Ce qui permet de diminuer de manière significative la présence de micro-organismes en bloquant la réplication de l’ADN.

Optimiser le matériel pour réduire les doses d’UV-C

De premiers essais sur les UV-C avaient été réalisés par François Davaux, de l’IFV Sud-Ouest, il y a quelques années, mais les équipements utilisés aujourd’hui sont très différents. « Nous avons développé un nouvel appareil pilote grâce auquel le vin circule dans un tube tout autour des lampes UV-C. Cela permet d’optimiser le contact entre le vin et les rayons et donc de réduire les doses », observe Rémy Ghidossi. Les quantités d’UV-C employées à l’époque variaient entre 1 000 et 5 000 j/l (joules par litre). Avec ce nouveau dispositif les chercheurs travaillent entre 300 et 800 j/l, ce qui suffit à entraîner un abattement total des populations de micro-organismes testés (Brettanomyces bruxelensis et Saccharomyces cerevisiae). Ce paramètre fondamental pourrait permettre de limiter l’impact organoleptique du traitement, qui apparaissait comme un frein majeur lors des précédents essais. « Pour l’instant, les analyses sensorielles ne montrent pas de différence significative mais il faut rester très prudent car cela peut évoluer dans le temps », relate l’expert. Jusqu’à présent, les essais n’ont porté que sur des blancs, pour lesquels la méthode est plus simple à appliquer, mais de nouveaux travaux viennent de démarrer sur rouges, rosés et liquoreux.

comprendre

Où en est la réglementation ?

« Nous en sommes encore au début des discussions, pour le moment il n’y a pas eu de proposition de pratiques », relate Jean-Claude Ruf, coordinateur scientifique à l’OIV. Des premiers résultats ont été présentés mais de nombreuses questions restent en suspens, concernant l’effet réel sur les micro-organismes ou encore l’impact organoleptique des UV-C. Une chose est sûre, le sujet sera abordé à l’occasion des réunions entre États membres qui ont lieu à l’heure où nous bouclons. « Si les États membres souhaitent s’engager dans cette voie, une procédure pourrait être lancée courant 2017 », assure l’expert. Affaire à suivre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les amibes sont des micro-organismes unicellulaires. L'une d'elle, Willaertia magna, pourrait bientôt devenir une substance active de lutte contre le mildiou, aux vues de résultats au champ prometteurs. © Amoéba
Essais prometteurs pour un nouveau produit antimildiou de biocontrôle en vigne
Un biofongicide à base d’amibe, en test au champ depuis l’an dernier, a confirmé en 2020 son efficacité contre le mildiou. De…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole