Aller au contenu principal

Stabiliser le vin grâce aux polyaspartates

Sans-Avec.
L’ajout de polyaspartate 
de potassium à raison de 10 g/hl permet d’éviter toute précipitation tartrique 
dans le vin.
Sans-Avec.
L’ajout de polyaspartate
de potassium à raison de 10 g/hl permet d’éviter toute précipitation tartrique
dans le vin.
© stabiwine

. Comment sont obtenus les polyaspartates de potassium ?

Les polyaspartates sont des polyaminoacides obtenus à partir de la combinaison (polymérisation) par chauffage de plusieurs molécules d’acide aspartique. Cet acide aminé existe dans la nature. Il est aussi produit industriellement par voie biologique
et commercialisé, de même que ses polymères. Ils sont utilisés comme additifs dans des liquides comme l’eau potable comme alternative aux produits anticalcaires d’origine non renouvelable. Les polyaspartates qui sont donc des chaînes de quelques dizaines de molécules d’acide aspartique se présentent sous la forme d’une poudre blanchâtre.


. À quoi pourraient servir ces polyaspartates en œnologie ?

En œnologie, ils sont actuellement testés dans le cadre d’un programme de recherche européen(1) dont l’objectif est de mettre au point des solutions nouvelles de stabilisation tartrique. Il s’agit donc ici d’évaluer leur efficacité en tant qu’additif pour prévenir
la cristallisation de l’acide tartrique contenu dans les vins. « L’intérêt de ce polymère, explique Gianni Trioli, manager du projet, réside dans son importante charge négative qui lui confère un effet stabilisateur puisque son ajout dans un vin évite la formation de tartrates par cristallisation. » Les recherches menées sur une quarantaine de vins européens ont mis en avant plusieurs avantages des polyaspartates comparés aux autres techniques actuellement utilisées en œnologie. Leur effet est stable dans le temps et sans incidence non plus sur la stabilité
de la couleur des vins rouges. Ils n’ont pas d’impact aromatique, olfactif ou oxydatif sur les vins et ne modifient pas leur filtrabilité. En outre, leur coût est raisonnable et la consommation d’énergie pour leur mise en œuvre dans une cave est moindre, comparé à la stabilisation par le froid ou par électrodialyse. Enfin, les études toxicologiques n’ont pas révélé d’effet négatif.


. À quand la mise à disposition pour les vinificateurs ?

Pour l’heure, la demande de reconnaissance technique auprès de l’OIV (Organisation internationale de la vigne et du vin) a atteint l’étape 3, où les pays commencent à analyser le sujet. Parallèlement, le dossier est en cours de dépôt auprès de l’autorité européenne pour sa reconnaissance comme additif alimentaire. Sous réserve de ces différents avis et approbations, un lancement commercial pourrait donc s’envisager au mieux d’ici deux à trois ans.


(1) Ce programme dénommé Stabiwine, qui a démarré en 2012, regroupe treize partenaires de cinq pays européens : Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal.
www.stabiwine.eu

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole