Aller au contenu principal
Font Size

En couverture
SO2 l'heure de la modération

Face à la préoccupation grandissante du consommateur pour sa santé et son engouement pour les produits naturels, la question de la réduction des doses de SO2 dans les vins est sur le devant de la scène. L’Europe est sur le point de légiférer une réduction et la recherche se penche sérieusement sur la question

La réduction des doses de SO2 devient un enjeu pour toute la filière. Mais les vins « bios » restent pionniers en la matière et affichent pour un grande majorité des doses de SO2 deux fois plus faibles que celles des vins conventionnels.
La réduction des doses de SO2 devient un enjeu pour toute la filière. Mais les vins « bios » restent pionniers en la matière et affichent pour un grande majorité des doses de SO2 deux fois plus faibles que celles des vins conventionnels.
© P. Cronenberger

Simple effet de mode ou véritable révolution? La réduction des doses de SO2 dans le vin est dans l'air du temps. Et elle fait feu de tout bois entre une demande des pays consommateurs et la volonté politique nationale et européenne d'aller vers une production plus respectueuse de l'environnement. Car le consommateur estime que le SO2 a un impact négatif sur la santé. La question est également centrale dans le projet de réglementation des vins biologiques, qui d'ailleurs restent pionniers dans ce concept. Mais un constat fait l'unanimité: il n'est pas question de s'en passer. Et c'est là toute la subtilité. « Le vin dépend fortement du millésime. Si certains millésimes permettent de diminuer franchement les doses de SO2, d'autres contraignent le producteur à s'en servir jusqu'aux limites maximales », constate Pierre Abel Simmoneau, responsable national de la charte biologique Fnivab.

La réduction législative

Et si une législation fixe des limites trop basses, le risque est grand de trouver des vins qualitativement diminués. « Pour ce qui est du projet de réglementation européen des pratiques œnologiques, il est prévu une diminution de 10mg/L soit des doses maximales ramenées à 150 mg/L pour les vins rouges et 200mg/L pour les vins blancs de moins de 5g/L de sucres résiduels. Les vins spéciaux et liquoreux restent à part » explique-t-on au bureau du vin du Ministère de l'Agriculture. Dans le cadre du projet Orwine, projet européen de réglementation de la vinification des vins biologiques, les taux de SO2 de plus de mille « vins bio » ont été étudiés. « Selon les résultats obtenus, on constate que 99% des vins « bios », tout types de vins confondus, ont des doses inférieures de 30% par rapport aux doses conventionnelles. Quand la réduction atteint 50%, il reste tout de même 85 à 90 % des vins dans la course. Il est prouvé statistiquement qu'une large majorité de vins bios sont déjà très en dessous des doses de SO2 conventionnelles », relate Monique Jonis, coordinatrice pour la France du projet Orwine à l'Institut technique de l'agriculture biologique (Itab). Et la charte Fnivab a également fixé depuis longtemps des doses bien en dessous de celles déterminées par l'Europe rappelle Pierre Abel Simmoneau. Mais il faut savoir se prémunir. «  Les bio sont favorables à une réduction des doses mais si elle est trop importante, cela ne passera pas pour tous les vins et tous les ans. Et le consommateur attend d'un vin bio qu'il soit naturel et bon. Et faire un bon vin sans rien ajouter reste très difficile » constate Monique Jonis. Yves Dietrich du groupe de convergence de l'Inao souligne que le vin bio ne se définit pas que sur le critère de la réduction du SO2. « Si les doses de SO2 sont réduites au delà de 20 à 30%, il va falloir utiliser d'autres intrants qui peuvent tromper le consommateur. L'utilisation de lysozyme ou de technique séparatives peuvent s'éloigner d'avantage du concept bio de naturalité que ne le fait le SO2 par exemple ». Ce qui amène les bios français à se positionner pour une réduction de 20 à 30% des doses par rapport aux vins conventionnels sur cette question réglementaire. Pour ce qui est de la vinification conventionnelle, la franche réduction des doses de SO2 semble relever, pour une bonne part, du volontariat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole