Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Avenir
Se préparer à la pulvérisation de demain

Nouvelles réglementations et recherches en cours visent à améliorer la qualité de la pulvérisation et limiter la dérive des produits.

L'adaptation du réglage du pulvérisateur doit être raisonnée en fonction de l'âge des vignes et du mode de conduite.
L'adaptation du réglage du pulvérisateur doit être raisonnée en fonction de l'âge des vignes et du mode de conduite.
© Berthoud
Velléités gouvernementales de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires, pressions sociétales, nouvelles réglementations, la pulvérisation est au centre des préoccupations. « En France, la qualité de la pulvérisation est médiocre » constate Vincent Polvèche du Cemagref de Montpellier. Les experts sont néanmoins quasi unanimes : en améliorant la qualité de la pulvérisation, il est possible de réduire de façon importante la dérive et les pertes de produit dans l’environnement. Jusqu’à 10% de pertes en moins, souffle-t-on.
« Quand on a choisi la date et le produit, c’est la qualité de la pulvérisation qui va permettre de diminuer les doses, de limiter les risques pour l’utilisateur et les pertes dans l’environnement » indique Yves Heinzlé, spécialiste de la pulvérisation pour l’Institut français de la vigne et du vin (IFVV). Mais au-delà de l’enjeu environnemental, il est également question d’efficacité de traitements. Ainsi Yvon Bugaret, de l’Association pour la recherche et le développement en viticulture durable, explique que le matériel a été déterminant pour assurer la réussite des traitements l’été dernier en bordelais. « Beaucoup ont incriminé les produits, ont déclaré que le mildiou était plus virulent, mais je suis persuadé que dans de nombreux cas, les pulvérisateurs n’étaient pas dans les clous » indique-t-il.
La réglementation à venir devrait permettre d’améliorer la situation. Elle prévoit qu’à partir de janvier 2009, tous les utilisateurs soumettent leur pulvérisateurs à un contrôle. Vérification des fuites, répartition de la bouillie dans les circuits, le contrôle du pulvérisateur sera une garantie du bon fonctionnement de l’appareil. Cette réglementation va être complétée par la mise en place d’une pastille verte sur le matériel neuf et le matériel d’occasion. « Elle garantit certaines exigences environnementales, comme la présence d’une cuve de rinçage, et est basée sur le principe de l’auto-certification : les constructeurs et les concessionnaires s’engagent au respect des règles » indique Vincent Polvèche, du Cemagref. La réglementation ne devrait pas engendrer de bouleversement dans un parc de pulvérisateur d’un âge moyen évalué à une dizaine d’années. « Il n’y a pas de raison que cette nouvelle réglementation accélère le renouvellement du parc. Il est possible même que les achats se ralentissent un peu en zone de crise car le prix des pulvérisateurs risquent d’être tirés légèrement vers le haut» indique Vincent Polvèche. Par ailleurs, comme le fait remarquer Jean-Christophe Rousseau de Berthoud, le matériel neuf est déjà en général en conformité avec la nouvelle réglementation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole