Aller au contenu principal
Font Size

Avenir
Se préparer à la pulvérisation de demain

Nouvelles réglementations et recherches en cours visent à améliorer la qualité de la pulvérisation et limiter la dérive des produits.

L'adaptation du réglage du pulvérisateur doit être raisonnée en fonction de l'âge des vignes et du mode de conduite.
L'adaptation du réglage du pulvérisateur doit être raisonnée en fonction de l'âge des vignes et du mode de conduite.
© Berthoud
Velléités gouvernementales de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires, pressions sociétales, nouvelles réglementations, la pulvérisation est au centre des préoccupations. « En France, la qualité de la pulvérisation est médiocre » constate Vincent Polvèche du Cemagref de Montpellier. Les experts sont néanmoins quasi unanimes : en améliorant la qualité de la pulvérisation, il est possible de réduire de façon importante la dérive et les pertes de produit dans l’environnement. Jusqu’à 10% de pertes en moins, souffle-t-on.
« Quand on a choisi la date et le produit, c’est la qualité de la pulvérisation qui va permettre de diminuer les doses, de limiter les risques pour l’utilisateur et les pertes dans l’environnement » indique Yves Heinzlé, spécialiste de la pulvérisation pour l’Institut français de la vigne et du vin (IFVV). Mais au-delà de l’enjeu environnemental, il est également question d’efficacité de traitements. Ainsi Yvon Bugaret, de l’Association pour la recherche et le développement en viticulture durable, explique que le matériel a été déterminant pour assurer la réussite des traitements l’été dernier en bordelais. « Beaucoup ont incriminé les produits, ont déclaré que le mildiou était plus virulent, mais je suis persuadé que dans de nombreux cas, les pulvérisateurs n’étaient pas dans les clous » indique-t-il.
La réglementation à venir devrait permettre d’améliorer la situation. Elle prévoit qu’à partir de janvier 2009, tous les utilisateurs soumettent leur pulvérisateurs à un contrôle. Vérification des fuites, répartition de la bouillie dans les circuits, le contrôle du pulvérisateur sera une garantie du bon fonctionnement de l’appareil. Cette réglementation va être complétée par la mise en place d’une pastille verte sur le matériel neuf et le matériel d’occasion. « Elle garantit certaines exigences environnementales, comme la présence d’une cuve de rinçage, et est basée sur le principe de l’auto-certification : les constructeurs et les concessionnaires s’engagent au respect des règles » indique Vincent Polvèche, du Cemagref. La réglementation ne devrait pas engendrer de bouleversement dans un parc de pulvérisateur d’un âge moyen évalué à une dizaine d’années. « Il n’y a pas de raison que cette nouvelle réglementation accélère le renouvellement du parc. Il est possible même que les achats se ralentissent un peu en zone de crise car le prix des pulvérisateurs risquent d’être tirés légèrement vers le haut» indique Vincent Polvèche. Par ailleurs, comme le fait remarquer Jean-Christophe Rousseau de Berthoud, le matériel neuf est déjà en général en conformité avec la nouvelle réglementation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole