Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Auvergne-Rhône-Alpes
[Salon de l’agriculture] Vignerons coopérateurs et indépendants se relaient pour tenir le stand de l’AOC saint-pourçain

Pour faire découvrir l’AOC saint-pourçain aux visiteurs, la tenue du stand du syndicat est assurée la moitié de la semaine par les coopérateurs de la cave de l’Union des vignerons de Saint-Pourçain, puis par un vigneron indépendant le reste de la semaine.

Les coopérateurs de la cave de Saint-Pourçain tiennent le stand du syndicat la première partie de la semaine.
© J.GRAVÉ

Poussez les portes du Hall 3 dédié aux « produits et saveurs de France » et vous atterrirez tout droit en région Auvergne-Rhône-Alpes ! Immédiatement sur la gauche, le syndicat de l’AOC saint-pourçain partage son stand avec un producteur d’IGP bœuf charolais du bourbonnais et de charcuterie. « On fait une offre pour une assiette de charcuterie à 10€, un verre de saint-pourçain à 2,50 € », lance Quentin Billaud, vigneron coopérateur à la cave de Saint-Pourçain. Avec un collègue, il tient le stand du syndicat de l’appellation du lundi au mercredi, alors que deux autres adhérents de la coopérative ont assuré la permanence durant le weekend. « À partir de jeudi, c’est un vigneron indépendant qui prend le relais jusqu’à dimanche », explique-t-il. Une façon pour le syndicat qui participe au salon « depuis très longtemps » de mettre en avant les différents producteurs de son territoire, à part égale.

Fournisseurs du restaurant de la région Auvergne-Rhône-Alpes

« On n’est pas une appellation très connue, le salon de l’agriculture est une bonne vitrine », témoigne Quentin Billaud. Et à la cave de l’Union des vignerons de Saint-Pourçain, la coutume veut que ce soient les adhérents qui assurent la représentation de la structure dans les salons. « Les vins ne sont pas vinifiés chez nous mais on est une petite structure et c’est aussi notre rôle de les vendre », affirme le viticulteur. Bien mise en avant sur le stand, la cuvée La Ficelle 2019 interpelle les visiteurs. « On a aussi pas mal de gens qui viennent nous voir car ils ont bu nos vins le midi au restaurant de la région et ils veulent repartir avec une bouteille », s’amuse le coopérateur qui livre près de 80 bouteilles par jour au restaurateur. Dès jeudi, le restaurant régional changera sa carte puisque ce sont les vins d’un indépendant qui seront à déguster. Quant aux autres appellations de vins de la région, elles sont à découvrir à l’œnothèque située sur le stand de la région. Des dégustations y sont animées par des vignerons de chaque appellation tous les jours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
Certains constructeurs disposent de plusieurs offres pour une même puissance de tracteurs. © New Holland
Un tracteur haut de gamme ou deux low cost ?
Entre un tracteur d’entrée de gamme et un tracteur tout équipé, les prix peuvent aller du simple au double, voire au triple.…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole