Aller au contenu principal

[Salon de l’agriculture] Le Président Macron a compris les craintes de la filière vitivinicole

A l’occasion du Salon de l’Agriculture, le Président de la République s’est rendu au pavillon des vins pour y rencontrer la filière. Selon les professionnels, Emmanuel Macron a une vraie conscience des problèmes actuels mais doit aller plus vite sur les dossiers.

Joël Forgeau (Vin & Société), Bernard Angelras (IFV), Bernard Farges (Cnoac), Jean-Marie Barillère (Cniv) et Jérôme Despey (CS vin FranceAgriMer), lors de la conférence de presse au pavillon des vins à l'occasion du Salon de l'agriculture.
Joël Forgeau (Vin & Société), Bernard Angelras (IFV), Bernard Farges (Cnoac), Jean-Marie Barillère (Cniv) et Jérôme Despey (CS vin FranceAgriMer), lors de la conférence de presse au pavillon des vins à l'occasion du Salon de l'agriculture.
© X. Delbecque

Impossible pour Emmanuel Macron de passer par le pavillon des vins sans aborder le dossier de la fameuse taxe « Trump », tant la situation économique inquiète la filière vitivinicole. « Dans un contexte déjà morose, la taxe américaine sur les vins est la goutte qui fait déborder le vase, plante Jean-Marie Barillère, président du Comité national des interprofessions des vins à appellation d’origine et à indication géographique (Cniv). Ces 25 %, certains pensent que c’est peanuts, mais en réalité c’est énorme ! » Une situation qui irrite d’autant plus la filière qu’elle découle d’un conflit, celui de Boeing et Airbus, sur lequel elle n’a aucune emprise. Le Président a montré, selon Jean-Marie Barillère une vraie connaissance et compréhension du sujet, « mais n’a pas donné les réponses que nous attendions ». En effet, s’il approuve la nécessité d’une aide pour compenser la perte sèche pour la filière, estimée à 300 millions d’euros, et a demandé à l’Europe l’autorisation d’instaurer un fonds de compensation, la réponse ne pourrait venir que courant mai. « Le manque à gagner s’accentue chaque jour, il y a urgence ! rétorque Jérôme Despey. Pour nous cette réponse n’est pas adaptée à la situation qui, si elle n’est pas traitée immédiatement, pourrait mettre en péril la filière et avec elle près de 100 000 emplois. » Les cadres de la filière devraient par ailleurs rencontrer le PDG d’Airbus après le Salon de l’Agriculture.

Lire aussi " Comment continuer à vendre ses vins aux États-Unis "

 

Autre sujet abordé avec le Président de la République, celui de la transition écologique. « Pas d’interdiction sans solution » a promis Emmanuel Macron. Des propos qui ont rassuré la filière. Sur les ZNT, il a ajouté que les contrôles pour la campagne 2020 seront d’ordre pédagogique. Une circulaire est également attendue dans les prochaines semaines pour sécuriser les agriculteurs vis-à-vis d’éventuelles sanctions juridiques en cas de plainte de riverain. « Mais ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de sanction cette année que les viticulteurs doivent faire abstraction de la loi » a avertit Jean-Marie Barillère. Emmanuel Macron s’est également montré ouvert en affirmant aux responsables de la filière : « si vous prouvez que le matériel est adapté à la réduction de la dérive et protège les riverains, alors dans ce cas on peut réduire les distances de ZNT ».

 

Lire aussi " Calvet – La pulvé confinée débarque "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le fort pouvoir mellifère de la phacélie est un précieux allié dans les cultures. © Jouffray-Drillaud
La phacélie, une plante alliée du vignoble
La phacélie est une plante utilisée dans certains mélanges d’engrais verts viticoles pour son très fort pouvoir mellifère et sa…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole