Aller au contenu principal

Rhonea implante des capteurs connectés dans les vignes

Des réseaux collectifs de stations météo se mettent en place dans les vignes à l’initiative de chambres d’agriculture ou de coopératives, dans le but de mieux protéger les vignes. Exemple avec Rhonea qui met en place un système numérique collectif capable de donner des préconisations individualisées en temps réel.

© E. Brugvin

« Nous sommes entrés dans la coopérative nouvelle génération », annonce Thierry Sansot, directeur Vigne et vin de Rhonea. La partie visible de la transition numérique de cette coopérative de la vallée du Rhône se matérialise par l’implantation de 7 stations météo propres associées à celle d’un domaine partenaire voisin. Le réseau, relié par radio, maille avec précision les 1 500 hectares des 168 exploitations de la cave.

Avec cet outil implanté en janvier, le vigneron bénéficie sur son smartphone et son ordinateur de données actualisées toutes les 15 minutes sur la température, l’hydrométrie, la vitesse et la direction du vent, la pluviométrie, l’humectation foliaire, la persistance de l’humidité sur le feuillage. Ces données géolocalisées, traitées par l’outil d’aide à la décision RIMpro, permettent au service technique de Rhonea d’apporter des préconisations personnalisées pour prévenir les attaques de mildiou, d’oïdium, de black rot et du ver de la grappe. Les viticulteurs restent libres de leur usage.

Recoupement de données pour des itinéraires optimisés

« À ces données brutes en temps réel, le système superpose plusieurs couches d’informations collectées à l’extérieur », détaille Mathilde Joumas, responsable du vignoble et jeune ingénieure agro. Aux données météo locales s’ajoutent les alertes de grêle, le taux d’ozone dans l’air, la présence de certaines particules fines, les prévisions météo à deux, cinq et dix jours fournies par Terre Net (Isagri) et les modèles de prévisions des maladies générées par le Cirame, centre d’information régional d’agrométéorologie situé à Carpentras.

L’ensemble du système d’information permet d’individualiser et d’optimiser la conduite des cultures et de diminuer les intrants, de réduire les coûts de production et l’impact sur l’environnement. « Une journée de formation suffit à chaque viticulteur pour maîtriser l’interface de l’outil numérique », souligne Mathilde Joumas.

Le système intègre la traçabilité des traitements phyto

Le viticulteur, informé des traitements immédiats et pour la semaine, peut même programmer des alertes sur son smartphone qui le réveilleront, au petit matin, en fonction de différents paramètres, à commencer par la vitesse et la direction du vent. Rhonea s’est également équipé d’Agréo pour faciliter la gestion de la traçabilité des traitements phytosanitaires. Le viticulteur, même dans ses vignes, peut renseigner la base de données immédiatement avec son smartphone. La parcelle apparaît sur l’écran et se sélectionne en un clic. Mais surtout, les données restent stockées dans un endroit sûr. Outre l’aspect réglementaire, ces informations permettront des traitements statistiques futurs recoupés avec d’autres données.

Un projet évalué à la fin des prochaines vendanges

Des ateliers « d’actions collectives » auxquels participent les coopérateurs, sont à l’origine du projet. La diffusion des données a commencé en avril. L’ensemble de la cave attend la fin de la récolte prochaine pour réaliser un bilan et capitaliser sur son retour d’expérience.

Rhonea n’en est pas à son coup d’essai en termes d’utilisation d’applications numériques. Lors des dernières vendanges, la coopérative s’était dotée des données satellites Œnoview (ICV) pour ordonnancer la récolte 2018. L’interprétation des images infrarouges de la surface foliaire a permis d’effectuer une sélection parcellaire suivant la vigueur des plants. Prochainement, ce système de géolocalisation permettra à chaque vigneron de renseigner la granulométrie de ses parcelles.

À fond dans l’ère numérique

Demain, l’ensemble des données pourront être traitées, recoupées pour améliorer toujours plus la conduite des cultures. Dans les semaines à venir, chaque coopérateur disposera sur son profil personnel de l’extranet de la cave de toutes ses données comptables avec la coopérative, notamment le versement de ses acomptes. Depuis fin avril, plus de fax ni de mail d’information de la cave. Les messages généraux et individualisés arrivent dans l’espace numérique personnel doublé d’une notification par mail pour chaque information mise en ligne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

New Holland retrouve la première place du podium concernant les parts de marché des immatriculations de tracteurs spécialisés.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2021 - New Holland renoue avec la première place.
Les ventes de tracteurs vignes et vergers évoluent à la hausse et atteignent un volume élevé. New Holland récupère sa place de…
La baisse des capacités de production, les problèmes de transports dus au Covid et la forte pression adventice de 2021 créent des tensions sur la disponibilité du glyphosate.
Fortes tensions et hausses de prix sur le glyphosate
La production mondiale de glyphosate est en baisse et les approvisionnements de cet herbicide sont sous tension, avec des prix…
Bobard conforte sa place de leader, devant Tecnoma et Dérot.
Immatriculations des tracteurs enjambeurs 2021 - Bobard assoit sa position de leader
Après une année creuse, le marché des tracteurs enjambeurs repart à la hausse. Dans ce contexte, Bobard conforte sa suprématie.  
Sept nouvelles variétés résistantes inscrites au Catalogue officiel, dont cinq ResDur2
La nouvelle génération des variétés résistantes issues de la recherche Inrae arrive à grand pas. Cinq d’entre elles, ainsi que…
[VIDEO] Démonstration de semis sur le cavaillon de la vigne par hydroseeding
Lors d'une démonstration en octobre dernier sur son site de Tulette dans la Dôme, le groupe Perret a présenté aux viticulteurs la…
La tireuse de bois VSE230 complète la VSE 430 et s'en distingue par un tirage des bois par le bas.
Provitis – La VSE 230 tire les bois vers le bas
Le constructeur alsacien Provitis propose un second modèle de tireuse de bois.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole