Aller au contenu principal

Rhonea implante des capteurs connectés dans les vignes

Des réseaux collectifs de stations météo se mettent en place dans les vignes à l’initiative de chambres d’agriculture ou de coopératives, dans le but de mieux protéger les vignes. Exemple avec Rhonea qui met en place un système numérique collectif capable de donner des préconisations individualisées en temps réel.

© E. Brugvin

« Nous sommes entrés dans la coopérative nouvelle génération », annonce Thierry Sansot, directeur Vigne et vin de Rhonea. La partie visible de la transition numérique de cette coopérative de la vallée du Rhône se matérialise par l’implantation de 7 stations météo propres associées à celle d’un domaine partenaire voisin. Le réseau, relié par radio, maille avec précision les 1 500 hectares des 168 exploitations de la cave.

Avec cet outil implanté en janvier, le vigneron bénéficie sur son smartphone et son ordinateur de données actualisées toutes les 15 minutes sur la température, l’hydrométrie, la vitesse et la direction du vent, la pluviométrie, l’humectation foliaire, la persistance de l’humidité sur le feuillage. Ces données géolocalisées, traitées par l’outil d’aide à la décision RIMpro, permettent au service technique de Rhonea d’apporter des préconisations personnalisées pour prévenir les attaques de mildiou, d’oïdium, de black rot et du ver de la grappe. Les viticulteurs restent libres de leur usage.

Recoupement de données pour des itinéraires optimisés

« À ces données brutes en temps réel, le système superpose plusieurs couches d’informations collectées à l’extérieur », détaille Mathilde Joumas, responsable du vignoble et jeune ingénieure agro. Aux données météo locales s’ajoutent les alertes de grêle, le taux d’ozone dans l’air, la présence de certaines particules fines, les prévisions météo à deux, cinq et dix jours fournies par Terre Net (Isagri) et les modèles de prévisions des maladies générées par le Cirame, centre d’information régional d’agrométéorologie situé à Carpentras.

L’ensemble du système d’information permet d’individualiser et d’optimiser la conduite des cultures et de diminuer les intrants, de réduire les coûts de production et l’impact sur l’environnement. « Une journée de formation suffit à chaque viticulteur pour maîtriser l’interface de l’outil numérique », souligne Mathilde Joumas.

Le système intègre la traçabilité des traitements phyto

Le viticulteur, informé des traitements immédiats et pour la semaine, peut même programmer des alertes sur son smartphone qui le réveilleront, au petit matin, en fonction de différents paramètres, à commencer par la vitesse et la direction du vent. Rhonea s’est également équipé d’Agréo pour faciliter la gestion de la traçabilité des traitements phytosanitaires. Le viticulteur, même dans ses vignes, peut renseigner la base de données immédiatement avec son smartphone. La parcelle apparaît sur l’écran et se sélectionne en un clic. Mais surtout, les données restent stockées dans un endroit sûr. Outre l’aspect réglementaire, ces informations permettront des traitements statistiques futurs recoupés avec d’autres données.

Un projet évalué à la fin des prochaines vendanges

Des ateliers « d’actions collectives » auxquels participent les coopérateurs, sont à l’origine du projet. La diffusion des données a commencé en avril. L’ensemble de la cave attend la fin de la récolte prochaine pour réaliser un bilan et capitaliser sur son retour d’expérience.

Rhonea n’en est pas à son coup d’essai en termes d’utilisation d’applications numériques. Lors des dernières vendanges, la coopérative s’était dotée des données satellites Œnoview (ICV) pour ordonnancer la récolte 2018. L’interprétation des images infrarouges de la surface foliaire a permis d’effectuer une sélection parcellaire suivant la vigueur des plants. Prochainement, ce système de géolocalisation permettra à chaque vigneron de renseigner la granulométrie de ses parcelles.

À fond dans l’ère numérique

Demain, l’ensemble des données pourront être traitées, recoupées pour améliorer toujours plus la conduite des cultures. Dans les semaines à venir, chaque coopérateur disposera sur son profil personnel de l’extranet de la cave de toutes ses données comptables avec la coopérative, notamment le versement de ses acomptes. Depuis fin avril, plus de fax ni de mail d’information de la cave. Les messages généraux et individualisés arrivent dans l’espace numérique personnel doublé d’une notification par mail pour chaque information mise en ligne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Le fort pouvoir mellifère de la phacélie est un précieux allié dans les cultures. © Jouffray-Drillaud
La phacélie, une plante alliée du vignoble
La phacélie est une plante utilisée dans certains mélanges d’engrais verts viticoles pour son très fort pouvoir mellifère et sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole