Aller au contenu principal

Languedoc Roussillon
Réduire les coûts liés à la taille

Dans le contexte économique difficile actuel, nombre de viticulteurs cherchent à réaliser des économies sur les coûts de production. La taille, qui pèse lourd dans la balance, est un levier sur lequel il est possible de jouer, notamment par l’adoption de nouveaux systèmes plus économiques, que sont la taille mécanique ou la taille minimale.

L’adoption de la taille rase mécanisée (à droite) ou de la taille minimale (à gauche) nécessite le respect de certaines conditions comme par exemple la rigidité du palissage ou d’autres paramètres comme la formation du cordon.
L’adoption de la taille rase mécanisée (à droite) ou de la taille minimale (à gauche) nécessite le respect de certaines conditions comme par exemple la rigidité du palissage ou d’autres paramètres comme la formation du cordon.
© Les Chambres d'agriculture du Languedoc Roussillon

L'opération de taille est un poste de dépense important dans le coût de production du raisin. Pour réaliser des économies, deux systèmes de taille, qui font l'objet de nombreux essais, gagnent l'intérêt des professionnels : la taille rase mécanique (souvent désignée par « taille rase de précision » qui est un nom déposé par la société Pellenc) et la taille minimale (aussi appelée non taille puisque la vigne n'est plus taillée du tout). « Ces deux systèmes permettent de réduire les coûts liés à la taille mais ne sont pas autorisés pour les vins d'appellation d'origine protégée. Seuls les vins avec indication géographique protégée ou ceux sans indication géographique peuvent avoir recours à ces deux systèmes de taille », explique Nathalie Goma-Fortin, conseillère viticole de la chambre d'agriculture (CA) de l'Hérault. Selon des essais comparatifs conduits par les chambres d'agriculture en Languedoc-Roussillon et en Provence Alpes Côtes d'Azur, le recours à la taille rase mécanique permettrait de diminuer les coûts d'environ 30% par rapport à la taille manuelle. De plus, elle entraîne un gain de temps allant de 20 heures à 30 heures par hectare et par an selon le niveau de reprise manuelle nécessaire après le passage de la tailleuse. Ce gain de temps peut donc être reporté sur une autre activité et ainsi générer des économies. « Pour une opération classique de taille, il faut compter en moyenne 50 heures de taille manuelle des souches par hectare et par an. En taille mécanisée, le passage de la tailleuse varie de 2 à 4 heures selon le port naturel du cépage, l'établissement des vignes ou encore la topograhpie de la parcelle. Ces derniers paramètres conditionnent en partie le temps de reprise manuelle qui varie de 10 heures à 20 heures de travail. Plus la taille mécanique a pu être soignée plus la reprise manuelle sera simple et rapide. Cette opération est incontournable afin d'aboutir réellement à une taille rase puisqu'elle permet de couper les sarments sous les souches ou autour des piquets non coupés pas la machine. Sur parcelle avec plan de palissage, il faut maintenir une opération de prétaillage soit par un passage préalable soit en utilisant une des machine de taille combinant les deux outils de coupe », précise Bernard Genevet, conseiller viticole de la CA du Gard. Autre avantage : la reprise manuelle ne nécessite par forcément une main d'œuvre qualifiée contrairement à la taille manuelle. Concernant la technique de non taille, des études réalisées par l'Inra de Pech Rouge en collaboration avec Montpellier SupAgro et l'ICV estiment la réduction des coûts de production par hectare à 25% et la réduction des temps de travaux de 59% après un investissement initial à ne pas négliger notamment concernant le temps de formation du cordon et la solidité du palissage.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole