Aller au contenu principal

Qui de Dijon, Bordeaux ou Reims accueillera l’OIV en 2024 ?

Dijon, Bordeaux et Reims sont en lice pour accueillir le futur siège de l’OIV, actuellement situé à Paris. L’État, qui paye le loyer, est chargé de trancher. En attendant le verdict, prévu d'ici le 12 juillet, chaque ville défend sa candidature, avec le soutien des interprofessions locales.

Le bâtiment proposé par Bordeaux appartient à la CCI Bordeaux Gironde et est situé face au miroir d'eau, sur la célèbre place de la Bourse.
© Steve Le Clech Photos

Bureaux trop exigus, trop chers, et trop changeants du fait de la spéculation immobilière. La capitale française ne convient plus pour accueillir les bureaux de l’Organisation Internationale de la Vigne et du vin (OIV). Une aubaine pour les grandes villes du vin que sont Bordeaux, Dijon et Reims. Chacune voit dans l'opportunité d'accueillir "l'ONU du vin" une façon de rayonner un peu plus sur la scène mondiale du vin. Au printemps, les représentants de l’OIV ont visité les différents locaux proposés. Chacun doit permettre d’accueillir la quinzaine de salariés permanents de l’OIV, ainsi que les réunions auxquelles seront convoquées un nombre plus ou moins important d’experts selon les sujets à débattre. Si chaque ville invoque la renommée mondiale de ses vins pour convaincre, chacune défend sa spécificité. 

Dijon mise sur ses liens avec l’Unesco

La capitale bourguignonne a proposé l’hôtel particulier d’Esterno, un édifice de près de 2000 m2 jardin inclus, construit au XVIIe siècle. Le bâtiment doit toutefois subir quelques travaux de rénovation avant d’accueillir le cortège de l’ONU du vin. François Rebsamen, maire de Dijon, s’est montré confiant lors d’une conférence de presse organisée le 15 juin. Il mise sur la proximité de l’hôtel d’Esterno avec la Cité internationale de la gastronomie et du vin, dont l’ouverture est prévue en 2022, et que les membres de l’OIV ont visité il y a quelques semaines. « Ils ont été très impressionnés » a souligné François Rebsamen. Le maire de Dijon a par ailleurs invoqué les liens étroits entre la région et l’Unesco. Non seulement l’hôtel d’Esterno est situé « dans le quartier historique classé au patrimoine mondial de l’Unesco », mais les Climats de Bourgogne sont aussi classés au patrimoine de l’Unesco. « Nous avons également la seule Chaire Unesco au monde portant sur la culture et la tradition du vin », a plaidé François Rebsamen.

Bordeaux vante son savoir-faire en matière d’accueil

À Bordeaux, Fabien Bova, directeur général du Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), assure que la question de délocaliser l’OIV dans la capitale Girondine ne date pas d’hier. « L’idée a été caressé il y a deux ou trois ans », rapporte-t-il. Après étude du cahier des charges fixé par l’OIV, la commune a sélectionné un bâtiment de 400 m2 appartenant à la Chambres de Commerce et de l’Industrie (CCI) Bordeaux Gironde. « Il est situé place de la bourse, en plein cœur de Bordeaux », précise Fabien Bova. L’interprofession revendique un « savoir-faire en matière d’accueil à Bordeaux, notamment grâce à l’expérience Vinexpo » pour faire pencher la balance en sa faveur. La ville compte par ailleurs sur son important pôle de recherche et d’enseignement sur les sciences de la vigne et du vin pour tirer son épingle du jeu. Mais cet argument n’est pas l’apanage de Bordeaux.

La proximité avec Paris et ses aéroports, un atout pour Reims

Enfin à Reims, c'est la Villa douce, un hôtel particulier de style art déco construit en 1929, qui a été retenu. Le lieu accueille depuis 1994 l’Université de Reims Champagne- Ardenne. Sur twitter, le maire de Reims Arnaud Robinet a indiqué le 11 juin avoir « pu sensibiliser le Président de la République et Bruno Lemaire afin de faire le choix de Reims ». La ville mise aussi fortement sur sa proximité avec Paris et ses aéroports pour se distinguer.

Qui de Dijon, Bordeaux ou Reims accueillera donc l’OIV en 2024 ? La décision est entre les mains de l’État français, chargé de payer le loyer. Elle devrait être annoncée au plus tard lors de la prochaine Assemblée Générale de l’OIV, le 12 juillet.

À moins d’un an des présidentiels, et au regard de l’entière mobilisation des élus locaux, difficile de croire qu’aucun calcul politique ne se joue dans l’ombre de cette décision. Officiellement, tout « marchandage » est vivement démenti. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
3 conseils pour vinifier en rouge à partir de vignes gelées
Lors d’un webinaire le 22 juin dernier, l’ICV livrait ses conseils pour vinifier des raisins de qualité très hétérogène,…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
L’Alouette lulu aime se percher sur des piquets de vigne. © A. Bossus
L’Alouette lulu, oiseau emblématique des vignobles
Cette alouette se repère au printemps grâce à son chant, « lululu », qui lui a valu son nom. Des mesures de préservation peuvent…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole