Aller au contenu principal
Font Size

Réflexion
Quand la question de l'aromatisation se pose

Idée totalement saugrenue ou solution pour réduire les coûts de production et adapter les produits aux attentes des consommateurs ? C’est toute la question de la localisation de la valeur ajoutée dans la filière qui est alors posée.

On ne peut pour l'instant, règlementairement, qu'ajouter des composés solides dans le vin dont la taille n'est pas inférieure à 2mm. Mais selon Olivier Zébic, "on ouvrira la boîte de Pandore de l'aromatisation dès qu'on passera aux produits liquides".
On ne peut pour l'instant, règlementairement, qu'ajouter des composés solides dans le vin dont la taille n'est pas inférieure à 2mm. Mais selon Olivier Zébic, "on ouvrira la boîte de Pandore de l'aromatisation dès qu'on passera aux produits liquides".
© DR

Soyons clair : l'aromatisation du vin tel que ce dernier est défini aujourd'hui, à savoir que tout ce qu'il contient provient exclusivement du raisin, est une pratique interdite et cela, partout dans le monde. « Sauf que l'on est aujourd'hui sur le fil du rasoir », estime Patrick Aigrain, expert à l'OIV (Organisation internationale de la vigne et du vin). D'abord parce que des aromes naturels ou artificiels sont disponibles, parce que la technologie existe même si l'ajout d'arômes peut s'avèrer une opération délicate, comme le souligne Daniel Granès, directeur technique de l'ICV (Institut coopératif du vin), parce que l'aromatisation permettrait une adaptation du profil aromatique des vins aux goûts des consommateurs et parce que si l'on y réfléchit d'un peu plus près, le boisage, le recours à des levures sélectionnées ou à des produits dérivés de levures ne seraient pas si éloignés d'un process s'apparentant à de l'aromatisation. « Mais il ne s'agit pas d'additifs mais d'auxiliaires de vinification qui rentrent dans la définition du vin », indique Daniel Granès. Certes, cela n'est pas considéré comme de l'aromatisation. « Pourtant, l'un des arômes le plus facilement reconnaissable par le consommateur est celui du boisé. Or, cet arôme n'est pas présent dans le vin au départ », souligne Olivier Zébic, cofondateur et membre associé de Vinseo, association qui regroupe les fournisseurs de la filière du Languedoc-Roussillon et qui a lancé une étude prospective avec l'aide de Supagro Montpellier  sur l'apport de valeur ajoutée des innovations technologiques et dont l'un des scénarii étudiés évoque la question de l'aromatisation du vin. Et par voie de conséquence, celle de la définition de ce vin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole