Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Equipement
Pulvérisateur viticole, faites le bon choix

Le choix d'un pulvérisateur est délicat. L'offre du marché est abondante et les prix peuvent varier du simple au double, à capacités égales, en fonction des choix d'équipements.

La géométrie variable facilite les manoeuvres en bout de parcelle avec des rampes face-par-face.
La géométrie variable facilite les manoeuvres en bout de parcelle avec des rampes face-par-face.
© Tecnoma

" Il n'existe pas de pulvérisateur idéal, explique Alexandre Davy, de l'IFV. Les matériels les plus performants sont souvent les moins maniables et les plus chers. Tout est une question de compromis. " Le choix du pulvérisateur doit être raisonné en fonction des vignes et vignobles à traiter, du mode de production (biologique vs conventionnel), du débit de chantier choisi, de l'autonomie et de la qualité de pulvérisation souhaitées et, bien sûr, de son coût. La hauteur et l'épaisseur du feuillage sont également à prendre en compte : inutile d'investir dans une soufflerie puissante pour ne traverser qu'une mince couche de feuillage.
En vignes larges, le marché se compose essentiellement d'appareils traînés, principalement pour des questions de capacités. On distingue principalement trois architectures : les traînés avec rampe avant, les traînés avec rampe arrière et les semi-portés. Ces derniers conviennent pour les vignes disposant d'un faible espace en bout de rang. La rampe de pulvérisation, la pompe et la turbine sont solidaires de l'attelage trois points du tracteur. Le cardan est toujours aligné avec le tracteur, mais ne peut être graissé que lorsque l'appareil est dételé. L'articulation se situe entre le bloc de pulvérisation et la cuve traînée. Il est généralement positionné de façon à ce que les roues du pulvé passent dans le train des roues arrière du tracteur lors des demi-tours, d'où leur grande maniabilité. Si les diffuseurs ne sont jamais dirigés vers le tracteur, ils restent néanmoins proches de l'environnement de l'opérateur contrairement aux traînés à rampe arrière. Modèles intermédiaires, les traînés à rampe avant sont en général attelés sur les deux bras de relevage de façon à reculer un peu l'articulation et à gagner en maniabilité.
Du côté des roues, le double essieu est préféré au simple essieu pour son moindre impact en termes de compaction, surtout lorsqu'on s'approche des 2 000 litres de capacité. Un double essieu balancier ou boggie présente en plus l'avantage d'absorber les irrégularités du terrain, réduisant par deux l'amplitude de balancement de la rampe.

Cuves polyester ou polyéthylène


Faciles à réparer, les cuves en polyester sont plus rugueuses, ce qui complique leur nettoyage. Souples, résistantes et insensibles aux vibrations, les cuves en polyéthylène sont les plus courantes sur le marché. Elles disposent d'un intérieur lisse, ce qui facilite le nettoyage.
De plus, la forme de la cuve doit être considérée pour faciliter la vidange, donc limiter le volumes morts, de façon à simplifier les rinçages de circuit à la parcelle. Préférez les fonds de cuve en forme de pyramide inversée, avec une vanne accessible en sommet de la pyramide.
La cuve de rinçage doit correspondre à dix fois le volume mort ou à 10 % du volume de la cuve : ce critère est généralement privilégié par les constructeurs, le volume mort dépendant notamment de la rampe choisie. Plusieurs constructeurs proposent des systèmes de rinçage permettant de nettoyer le circuit tout en conservant le produit dans la cuve (shunt) : un atout lorsqu'on est arrêté provisoirement par la pluie. Obligatoire, la cuve lave-main contient 15 litres.
Pour ce qui est de l'incorporation des produits, la réglementation impose un accès au remplissage (à défaut le trou d'homme) à une hauteur maximale de 1,40 mètre (depuis le sol ou le marchepied). Facultatif et à faible hauteur, l'incorporateur favorise la manipulation des produits et réduit les risques de contamination de l'opérateur. Qui plus est, doté d'un hydrojet, il permet une intégration et un mélange rapide des poudres : il doit pouvoir en diluer 20 kg en moins d'une minute. En outre, il dispose bien souvent d'un rince-bidon.

Régulation : prendre en compte le relief


On distingue principalement trois types de régulation. Solution économique, la régulation à pression constante convient dès lors qu'il n'y a pas de variation de vitesse. Le débit proportionnel à l'avancement de type mécanique (DPAM) régule en fonction du régime moteur. Ainsi, si le relief varie sur la longueur, le débit diminuera proportionnellement au régime moteur, donc à la vitesse d'avancement du tracteur. Cependant, cette régulation ne prend pas en compte le patinage du tracteur. Combiné à un capteur sur une roue de pulvé ou à un radar, la régulation DPAE (1) corrige ce biais.


Mise en oeuvre


La tendance chez les constructeurs est à rassembler toutes les vannes dans un seul et même endroit. Plusieurs d'entre eux proposent un pilotage électronique des vannes depuis le boîtier de commandes en cabine. Ce choix technique évite au maximum à l'opérateur de prendre le risque d'aller s'exposer aux phytos entre les différentes étapes de la pulvérisation.


(1) Débit proportionnel à l'avancement électronique

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole