Aller au contenu principal

Chili
Premières tentatives d´utilisation de porte-greffes


" Les Chiliens commencent à greffer de façon importante depuis trois à quatre ans ", estime Carole Dumont, conseillère viticole de la société Aserorias Marty Ltda, basée au Chili. Ces premières tentatives visent à contrôler l´état sanitaire du vignoble, en particulier les nématodes, vecteurs de virus, qui infestent les sols. Certains viticulteurs chiliens cherchent également à se prémunir du risque de phylloxéra. Si le pays est indemne de ce fléau, le phylloxéra n´est pas loin. De l´autre côté de la Cordillère des Andes, en Argentine, les sols en sont contaminés.

Acquérir un recul technique
" Les États-Unis ont étudié la tolérance des porte-greffes aux nématodes. Les plus courants offrent des tolérances plus ou moins intéressantes aux différentes familles de nématodes ", explique Carole Dumont. Cette tolérance est donc mise à profit dans certains vignobles chiliens.
" Il s´agit maintenant d´acquérir un recul technique sur leur comportement dans les conditions chiliennes. Il ne faut pas oublier qu´ici l´irrigation est très répandue et que l´on ne connaît pas les modifications qui peuvent intervenir sur la vigueur.
J´ai vu des pieds sur SO4 et 5BB moitiés chétifs, simplement parce que ces porte-greffes dits très vigoureux en France, sont en conditions limitantes au Chili ", observe Carole Dumont. Bref, l´implantation généralisée de porte-greffes au Chili n´est pas pour demain. " D´autant plus que planter des plants greffés augmente de 30 à 50 % le coût de plantation ", estime Carole Dumont. De quoi, freiner les ardeurs des vignerons chiliens, très chatouilleux sur la question des coûts.

D´autre part, le travail sur le matériel végétal doit également s´améliorer en matière de certification sanitaire. Pour l´instant, les plants ne sont pas certifiés.
" Les Chiliens infectent petit à petit leurs sols, ce qui pourrait poser des problèmes pour les replantations futures. ", estime Carole Dumont.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
[TAILLE DE LA VIGNE] "Changer de mode de taille lors de la conversion bio nous a permis de stabiliser les rendements"
Julien Cuisset, vigneron au Château Grinou, en Dordogne, est passé à la non-taille palissée afin de ne pas amputer ses rendements.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole